« La Leçon de l’Égyptien »

Poster

Reproduction d’un lavis inclus dans le livre « La Lumière sur le Royaume ou Pratique de la Magie sacrée au quotidien » d’Alexandre Moryason et illustrant le chapitre intitulé « La Leçon de l’Égyptien — les Nombres, Lois de l’Univers »

Cette scène inspirante plonge dans le paisible mystère du Temple où professe l’Égyptien, imprégnant la conscience de l’Esprit du Verbe…

Extrait du livre :

« … autrefois les Prêtres d’Égypte devant enseigner cette Loi Fondamentale [la Loi des Nombres] aux Néophytes, postulant à une Initiation plus élevée. »

« Le support en était très simple : une feuille de papyrus. »

« Le Prêtre entrait dans la salle d’Études et montrait, sans prononcer un seul mot, à l’assistance silencieuse le Disque Solaire Ailé, Symbole du Divin, qui s’étendait sur un mur, derrière lui. Il regardait tantôt les élèves, tantôt le Disque. »

« Puis, il prenait une feuille de papyrus et, en la tenant bien haut entre le pouce et l’index de la main gauche, il la montrait. De l’autre main, index droit tendu, il montrait à nouveau la feuille, attirant fermement ainsi l’attention des élèves. »

« Ensuite, gardant toujours le silence, de l’index droit, il indiquait la feuille et une face de celle-ci, prolongeant bien son geste, voulant signifier ce que tous tentaient de comprendre. Puis, il indiquait à nouveau la feuille, la première face et la deuxième face. Enfin, de l’index il montrait seulement la feuille. »

« Le cours était fini. Chacun pouvait quitter la salle mais en gardant le silence sur ce sujet sacré. »

« Le lendemain, le Prêtre, toujours silencieux, réitérait devant la même assistance le processus de la veille mais, cette fois-ci, il pliait la feuille en deux, rabattant une face sur l’autre, puis il montrait de la main droite une des deux demi-feuilles séparées par la pliure. Il pointait ensuite la première face de celle-ci et enfin la seconde et revenait sur l’ensemble, montrant la demi-feuille. Il faisait de même avec la deuxième demi-feuille et insistait, d’un geste précis, sur le face à face qui prévalait entre elles. Puis, pour finir, il dépliait la feuille, montrant successivement cette dernière, ses deux faces et, avec une extrême rapidité, il la pliait à nouveau, présentant les deux demi-feuilles ainsi formées. La leçon prenait fin dans le silence perplexe d’une assistance réfléchie. »

« Le lendemain, il reprenait la feuille de papyrus, recommençant à la plier en deux, puis il montrait à nouveau les deux demi-feuilles, séparées par la pliure. Il en pointait les deux recto et les deux verso, quatre faces en tout, et d’un geste enrobant, il montrait l’ensemble ainsi plié. Laissant là les élèves pensifs, il mettait fin au cours dans le même silence. »

« Le lendemain, toujours muet, le Prêtre renouvelait la gestuelle des trois jours précédents mais, une fois la feuille pliée en deux, il la repliait encore en deux. Montrant les quatre morceaux résultant de la deuxième pliure, il en indiquait les quatre recto et les quatre verso, huit faces en tout; puis, du même geste enrobant que la veille, il montrait l’ensemble doublement plié. La leçon s’achevait ici pour ce jour et tous pouvaient partir en silence. »

[…]

« Le septième jour, la feuille de papyrus n’était plus là; seul le Disque Divin était porté à l’attention de tous. Ne traçant plus quoi que ce soit, le Prêtre pointait longuement de son index droit le Centre, tout en regardant fixement les élèves. »

« La leçon était vraiment finie. Il n’y avait pas de huitième cours. En sept jours, les élèves avaient reçu le support de leur longue méditation future, devant encore et toujours garder le silence sur le fruit de leurs investigations… la Formation de l’Univers et la Loi des Nombres. »

Reproduction sur papier velin 350 gr de 40 x 50 cm