Le Karma planétaire

Les Maîtres de Sagesse
et l’actualité planétaire

Cette rétribution a toujours lié l’Humanité à des conditions de vie déplorables et malgré le soutien et l’inspiration invisible des Adeptes, celles-ci ne changeaient que lentement.

Les Maîtres de Sagesse, après qu’ils se furent retirés du regard des hommes, sauvegardèrent la Connaissance Universelle au Tibet. Cette Confrérie Himalayenne a toujours veillé, depuis « la nuit des temps » sur nous, bien que cette sollicitude ait toujours rencontré les sempiternels obstacles dus à la présence des « Frères de l’Ombre[1] » et à la nature humaine : orgueil, violence, goût du pouvoir, rapines, viols, mise en avant de notre petit « égo », etc.

The teacher
Le Maître — Toile
de Nicolas Roerich

Les Adeptes ont toujours œuvré — la plupart du Temps silencieusement et sans s’annoncer comme Tels — au profit de l’Humanité mais leur action a été — et est — soumise, à la Loi du Karma, c’est à dire au rythme dicté, en réalité, par le « paiement progressif de la dette ».

Toute l’histoire de la misère humaine, aussi loin que peut remonter son appréhension, est le récit de ce règlement.

C’est de ce rythme que dépendent les dons, de la part des Adeptes qui :

  • Inspirent le mental de certains hommes afin qu’ils « découvrent » les Lois régissant la Matière (ce que nous appelons « la Science » et qui n’est que Science de la Matière) et progressent dans la connaissance du monde qui nous entourent (monde matériel, donc, dans un premier temps) : les progrès de la Science, le don d’une Médecine compatissante (anesthésie, antibiotiques, traitement par rayon Laser…), les technologies modernes amenant le confort matériel, etc.
  • Insufflent le courage et le bénévolat afin de consolider les valeurs fragiles et sujettes à ironie ou au dédain : l’amour d’autrui, l’effacement de la misère et de la souffrance, la justice entre les êtres en matière de travail et d’accaparement des biens de cette Terre ;
  • Envoient des Émissaires (disciples ou Adeptes mêmes) pour livrer des parcelles de la Connaissance des Plans Invisibles et des Lois régissant ceux-ci (ce sont les Sciences Occultes, cette Science Hermétique si décriée car d’un abord difficile).

[1] Les Frères de l’Ombre : les magiciens noirs de l’Ancienne Atlantide ainsi que tous les êtres humains qui n’ont pu « remonter » vers l’Esprit et qui ont donc définitivement perdu leur Âme (Atma-Bouddhi-Manas). Voir les informations données à ce sujet et disséminées dans les écrits de H.P. Blavatsky et de A.A Bailey. Voir aussi « Les Lettres des Mahatmas » (Éd. Adyar) où ils sont nommés « Dougpas ». Voir également « Frabato le Magicien » de Franz Bardon (Éd. Moryason) et le dernier chapitre ainsi que l’Appendice I de « La Lumière sur le Royaume » d’Alexandre Moryason (Éd. Moryason).