Le monde bouge…

Les Maîtres de Sagesse
et l’actualité planétaire

 
Au XVIe siècle le monde bouge : l’Imprimerie vient donner son concours à la diffusion des idées ; les textes antiques, grecs surtout, sont découverts ; traduits en Italie, ils se mettent à circuler en Europe. On apprend le Grec ; on veut comprendre l’origine et le déroulement de la Pensée ; on s’enquiert de l’Ancienne Sagesse et surtout des Sciences (mathématiques, astronomie, médecine) des Anciens. C’est la Renaissance italienne, puis Européenne.

À cet éveil, l’Église Romaine réagit brusquement : les hommes allaient apprendre cette langue (le Grec) et s’enticher d’un Platon, pis, d’un Pythagore ! Ils allaient peut-être, en cherchant bien, découvrir « la supercherie originelle » qu’elle mit lentement sur pied au cours des quatre premiers siècles de notre ère, et s’apercevoir que le Fils de Dieu — ce Christ Merveilleux dont elle usurpait l’Image pour couvrir ses mensonges et ses exactions — s’Il était « Unique » dans le rôle joué à une certaine époque de notre Histoire planétaire, était Un parmi d’Autres, chacun de nous étant aussi, en potentiel, « Fils de Dieu »… (comme Il le dit Lui-même, d’ailleurs, selon ce que rapportent les Évangiles). L’Église interdit que l’on étudiât le Grec — certainement la langue du Diable —, que l’on traduisît dans une langue parlée et comprise, l’Ancien et le Nouveau Testament ; elle fit tout pour bloquer le processus de libération de la pensée et de ce fait, de la libération des hommes et des femmes soumis à l’ignorance et à la peur des « Grands » (pauvre Jean Huss qui ne put échapper au bûcher et heureux Pic de la Mirandole qui le frôla sans y tomber !…)

Inquisition

Galilée, le célèbre astronome, est forcé en 1633 d’abjurer ses découvertes
devant l’Inquisition du Saint Office pour avoir émis l’idée
que la terre tournait autour du Soleil…

Le monde a osé vouloir penser. Il a voulu comprendre et chercher le pourquoi et le comment des choses. Mais quelle fut et quelle est encore la cause profonde de cet acharnement du malheur et de la souffrance sur l’Humanité ?