Le Rapport Hodgson

[1]
établit en 1885 par la Société de Recherches Psychiques de Londres et son désaveu, en 1986, par la même Société en la personne de son enquêteur,
le Dr Vernon Harrison.

« Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière,
au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur »
J’ACCUSE !
Emile Zola
(extrait de la lettre ouverte « J’Accuse » d’Émile Zola,
parue le 13 janvier 1898 dans le journal « L’Aurore »,
adressée à Félix Faure, Président de la République,
pour la défense du capitaine Alfred Dreyfus)

« Je ne commettrai pas la stupidité à la mode
de considérer ce je ne peux pas expliquer
comme une fraude »
Carl Gustav Jung
(Complément à un cours donné à la
Société de Recherche Psychique en 1919)

Richard

Professeur Richard Hodgson (1855-1905)

Ce Rapport portait sur une enquête effectuée en 1884-1885 d’une part sur des lettres reçus par un couple et attribuées par lui à Madame Blavatsky et, d’autre part, sur les « Lettres des Mahatmas », lettres envoyées par divers Adeptes à différents destinataires.

« Pendant des années Hodgson a été présenté comme l’exemple d’un parfait chercheur dans le domaine psychique, et son rapport un modèle de ce qu’un rapport sur la recherche psychique devrait être ».

« Je montrerai qu’au contraire, le Rapport Hodgson est un document hautement partisan, auquel ne peut être reconnu aucun droit à se réclamer de l’impartialité scientifique. C’est le réquisitoire d’un comité d’accusation qui n’hésite pas à sélectionner les preuves convenant à son parti, ignorant et supprimant tout ce qui tend à contredire sa thèse. Le conseil de la défense n’a jamais été entendu.»

Docteur Vernon G. W. Harrison
Membre de la Société de Recherche Psychique de Londres,
extrait de « J’Accuse »[2]
publié pour la première fois dans le
« Journal of the Society for Psychical Research »,
Vol. 53, No. 803 (April 1986), pp. 286-310)

 

 

 

 

Séparateur


[1] « Report of the Committee Appointed to Investigate Phenomena Connected with the Theosophical Society » communément appelé « Rapport Hodgson »
[2] 
En référence à la lettre éponyme J’Accuse d’Émile Zola.