Les années d’aventure et de rencontres

Trente Juillet 1831 du calendrier russe, à Ekaterinoslav, Ukraine. Le choléra faisait rage lorsque naquit Helena Petrovna Hahn, celle qui, plus tard, serait connue sous le nom de « Helena Blavatsky ».

Son baptême fut un jour bien peu « orthodoxe »… pour une descendante des Princes Dolgorouki car la flamme d’un cierge se communiqua à l’assistance et le Pope fut sauvé de justesse. Quel était ce présage ?

Devenue orpheline de mère, avec un père, capitaine d’artillerie au service du Tsar, Helena fut élevée par sa grand-mère. De 10 à 14 ans, elle s’avéra être un médium exceptionnel : les phénomènes étranges se multipliaient autour d’elle : coups frappés, déplacements d’objets, prévisions de la mort de visiteurs.

Sa sœur et sa tante attestèrent plus tard que la jeune fille avait fréquemment la vision d’un Indien qu’elle considérait comme son protecteur. Elle voyait en lui son sauveur, en deux circonstances où ses escapades de garçon manqué avaient mis sa vie en péril.

Petite fille du gouverneur d’Astrakan, la jeune Helena découvrit le Bouddhisme des Kalmouks[1]. L’adolescente dévora également les livres du muséum de l’immense datcha familiale de Saratov. La bibliothèque du prince Paul Dolgorouki, son arrière grand-père, la familiarisa avec les sujets occultes.

Helena Adolescente
Helena adolescente

À dix-sept ans, Helena épousa — par bravade envers sa famille — le comte Blavatsky, de vingt deux ans plus âgé qu’elle. Ce fut pour fuir aussitôt son époux, en pleine lune de miel : une malformation génitale interdit à Helena tout rapport sexuel, ainsi qu’en témoigne un rapport médical. Elle quitta cet époux qu’elle repoussait pour se retrouver, âgée de 18 ans, libre de découvrir le monde.

D’une nature indomptable, n’ayant peur de rien, montant à cheval comme un cosaque, cette jeune aristocrate russe aux multiples relations, tant dans la noblesse russe que dans certains milieux ésotériques, sortit enfin de toute tutelle, familiale ou maritale.

La fugitive débarqua au Caire et y fit la rencontre d’un énigmatique Mage copte, Paulos Metamon, conseiller du Khédive[2]. Elle approcha une mystérieuse « Fraternité Hermétique de Louxor ». Avec ce genre de Loge, liée à la Franc-Maçonnerie Occultiste, sa famille entretenait déjà des liens attestés par d’anciens documents, dont une lettre autographe du Comte de Saint Germain. À l’ombre des pyramides et de temples antiques peuplés de charmeurs de serpents, le Mage copte lui apprit à maîtriser ses étonnants pouvoirs psychiques.

La jeune femme fit bientôt une autre rencontre, plus exceptionnelle encore. Ses propres témoignages à ce sujet restent marqués d’ambiguïté car son éternel souci fut, sa vie durant, de voiler, masquer, effacer, toute trace relative à Ceux qui seraient connus plus tard comme les « Mahatmas » et dont elle avait promis de préserver l’identité.

De fait, une première rencontre eut lieu à Londres avec le Mahatma Morya en juin 1850 ; elle avait alors 19 ans. Ce fut à l’occasion d’un voyage en Angleterre du Premier Ministre du Népal. Helena reconnut, accompagnant ce dernier et au sein de l’escorte officielle, le Maître. Celui-ci, la voyant dans la foule massée près du cortège et captant la reconnaissance qu’elle eut de sa personne, lui fit signe de rester coite et discrète. Silencieuse mais triste, elle vit le Maître passer. Le lendemain, se promenant à Hyde Park, perdue dans ses pensées, elle eut la surprise et la satisfaction de le revoir. Il l’attendait. Une autre rencontre eut lieu un an après, en août 1851, toujours à Londres. Les archives gardées à Adyar (Madras – Inde) montrent un petit livret de 26 pages, que la jeune fille possédait à l’époque pour dessiner à la plume les paysages de son choix. Sur ce carnet, elle écrivit, au dessous d’un dessin montrant un clair de lune à Ramsgate, qu’elle rencontra le « Maître de ses rêves », celui qu’elle voyait, la nuit, enfant, en Russie. Helena, précisa bien plus tard à Mme Wachtmeister que Ramsgate était un « voile » jetée sur la rencontre car celle-ci eut lieu à Londres.

Illustration de la majesté des Princes Rajpoutes, le Mahatma Morya apparaîtra, à de rares témoins proches d’H.P.B. (surnom d’Helena Petrovna Blavatsky formé de la première lettre de son prénom, son nom patronymique et de son nom), comme un homme de très haute taille, d’une beauté et d’un charisme saisissants. Il lui promit que l’Inde secrète et le Tibet interdit lui ouvriraient leurs portes et lui proposa de participer à « son » travail dans le monde. Ce serait après bien des épreuves.

La première fut peut-être son épopée révolutionnaire : une nuit de 1860, à Constantinople, H.P.B. avait sauvé un individu poignardé par des « hommes de main » du Vatican. C’était Agardi Métrovitch, célèbre chanteur d’Opéra, membre aussi de la Société secrète des Carbonari, révolutionnaires engagés aux côtés de Garibaldi pour l’indépendance et l’unité de l’Italie. Helena fit cause commune avec son nouvel ami : sa propre recherche des vérités spirituelles et surnaturelles sera toujours liée à l’affranchissement de toute autorité religieuse, limitant l’expression de la Libre pensée.

En 1867, à trente-six ans, après qu’elle eut parcouru le monde et venant juste de quitter le Tibet, elle rejoignit l’entourage de Garibaldi et de ses fils, à la veille de l’engagement décisif des « chemises rouges » : l’attaque de Rome… C’était la tragique bataille de Mentana où Helena, fusil en main, combattit les troupes françaises et pontificales — qui écrasèrent les Garibaldiens. Elle tomba. Laissée pour morte, elle survécut à deux balles agrémentées d’un coup de sabre, sauvée in extremis par la Croix-Rouge[3].

Ainsi, de 1858 à 1871, bien des autres aventures se succédèrent au gré de sa quête des Traditions Occultes de tous les continents :

  • Amérique du Nord (Côte Est et Far-West) et du sud (Pérou, d’où elle ramena le plan, jamais exploré depuis lors, de l’entrée présumée du trésor des Incas).
Trésor
Le croquis de l’entrée des souterrains cachant le trésor des Incas dessiné par H.P.B.
(Document conservé aux archives de la Sosiété Théosophique à Adyar)
  • l’Inde mythique des cavernes de Bagh[4] et de Karli[5], à travers le Rajpoutana des sages, des Rajahs et des fakirs. Elle visita les mystérieuses tribus de géants et de nains sorciers des Nillgiri Hills[6], ramenant un reportage étonnant, publié plus tard en Russie.
  • Le Proche-Orient lui ouvrit les portes du monde secret des Druzes[7] et des cercles Soufis qui initièrent plus tard Gurdjieff. Elle y découvrit le contenu d’un mystérieux « Livre des Nombres Chaldéen », qu’elle présenterait plus tard, dans son enseignement, comme le manuscrit original de la Kabbale.

Mais, pour l’essentiel, H.P.B. déclara avoir séjourné, pendant cette période, sept années au Tibet, alors terre interdite. Cela, 50 ans avant qu’Alexandra David-Neel n’y posât le pied (celle-ci, d’ailleurs ne souffla mot de sa devancière autrement que pour la présenter comme « un imposteur », lors même qu’elle devint membre, par deux fois, de la « Société théosophique », co-fondée par Helena Blavatsky !…).

Un document familial atteste la présence, en 1871, d’H.P.B. à Shigatsé, près du monastère-citadelle de Tashi Lhunpo, cœur du Bouddhisme réformé de la Tradition des « Bonnets Jaunes » (Gelugpa). Elle affirmera également avoir eu accès à la Tradition occulte immémoriale du Raja Yoga, auprès du maître des visions de son enfance, le Mahatma Morya, en différents lieux de l’Himalaya.

Ce fut aussi en 1868 qu’elle plaça la rencontre du Mahatma Kout Houmi, un Adepte d’origine cachemirienne, le futur auteur des « Lettres des Mahatmas ».

Si la question de l’identité des Instructeurs d’H.P.B. demeure à ce jour teintée de mystère cela tient essentiellement au fait que les « masques » employés par H.P.B. — seule source à leur sujet —, sont des « voiles » accumulés pour en éviter précisément toute identification et protéger la discrétion dont ils s’entouraient. Ces données ne permettent aucun recoupement fiable mais de simples conjectures, dans l’hypothèse, au demeurant très fragile et parfaitement gratuite, qu’il s’agirait de personnalités repérables dans l’histoire indo-tibétaine ou proche orientale. L’identité des Maîtres de Mme Blavatsky demeure donc une énigme, et le restera sans doute, malgré une tentative deM. Paul Johnson (voir « La thèse de Paul Johnson sur l’identification des Maîtres de H.P. Blavatsky ») à la méthode éminemment contestable.

D’après le contenu des œuvres de Mme Blavatsky, on peut inférer que l’Enseignement de ses Instructeurs touche aux mystères de l’Origine de l’Homme et du Cosmos, selon les Traditions les plus occultes du Bouddhisme Mahâyâna, ces Tantras secrets que la Tradition présente comme transmis oralement par le Bouddha depuis le « Royaume Spirituel de Shambhala » (Voir Authenticité des Sources de la Doctrine Secrète »).

Helena Blavatsky affirma toujours deux choses :

  • que ses Instructeurs, Adeptes de « l’École Arhat[8] Transhimalayenne », lui enseignèrent la véritable Maîtrise Spirituelle de ses propres pouvoirs psychiques ;
  • qu’elle reçut d’eux sa mission : réformer la pensée spirituelle du siècle en révélant certains Enseignements cachés du Bouddhisme, « comme la Loi de la Fraternité himalayenne y oblige un de ses membres en chaque fin de siècle ».

Séparateur


[1] Les Kalmouks sont installés sur la rive occidentale du cours inférieur de la Volga dans la République autonome de Kalmoukie. Originaires de Mongolie occidentale, ils avaient émigré vers l’Ouest au cours de la première moitié du XVIIe siècle. Une partie des Kalmouks, dans les tourmentes du XXe siècle (Révolution et Guerre civile russes, deux Guerres mondiales), a poursuivi plus à l’Ouest sa migration (Turquie, Tchécoslovaquie, France, Etats unis…).
[2] Du turc « khediw » (roi, souverain), ce fût le titre porté par les vice-rois d’Égypte de 1867 à 1914. Ce premier voyage d’HPB en Égypte à lieu en 1848. Paulos Metatron ne conseillera le khédive Ismail Pacha (Isma’il ibn Ibrahim pacha ibn Mohamed ‘Ali pacha) que bien plus tard, durant le règne de ce dernier de 1863 à 1879.
[3] Fondée 5 ans plus tôt, en 1863, par Henry Dunant…
[4] Grottes aménagées pour le culte bouddhique et décorées dans le style d’Ajanta (Site archéologique de Madhya Pradesh).
[5] Ou Karle, Karla — Site archéologique de Maharashtra, entre Bombay et Poona, le plus vaste et le plus bel exemple de sanctuaire bouddhique excavé de type caitya (environ 120 après J.-C.).
[6] La plus vieille chaîne montagneuse de l’Inde et la plus haute après l’Himalaya, située au sud du pays.
[7] Implantée aujourd’hui essentiellement au sud du Liban, au nord d’Israël et en Syrie sur le Golan, la communauté Druze est un groupe islamique né au Caire des chiites ismaélites dans le premier quart du XIe siècle. La doctrine des Druzes est secrète et comporte divers degrés d’initiation, mais ni liturgie, ni lieux de culte.
[8] Du sanscrit « Arahat » (celui qui est digne, celui qui a vaincu l’ennemi). L’Être qui a atteint cet état est arrivée à une telle perfection dans sa pratique qu’il ne dépend plus des illusions de la pensée et des désirs, il s’est libéré du Cycle des renaissances. Arhat est aussi synonyme de Bouddha : « Quand ils eurent vu le Tathâgata assis, les cinq ascètes l’appelèrent par son nom personnel, Gautama, mais le Bouddha leur dit : « N’appelez pas le Tathâgata par son nom personnel, car je suis maintenant Arhat, complètement et parfaitement Eveillé. La puissance surnaturelle du Tathâgata est immense, il est le Vainqueur suprême. Si donc vous appelez le Tathâgata par son nom personnel, pendant très longtemps vous subirez d’intenses douleurs ». (extrait du Vinya des Dharmaguptaka, traduction d’André Bareau, « En suivant Bouddha » – éd. Philippe Lebeau, Paris, 1985, p. 64-65)