Les menées politiques des « Mahatmas »

de M. Johnson et les Enseignements Théosophiques

 

Paul Johnson prétend, tout au long de sa thèse, que les préoccupations essentielles des Mahatmas Indiens sont d’ordre politique : tous œuvrent dans le cadre d’une « conspiration » antibritannique.

Or, en étudiant les « Lettres des Mahatmas », on ne découvre rien d’autre que des spéculations philosophiques et un Enseignement Ésotérique élevé, assorties çà et là de considérations sur la situation politique de l’Inde qui ne font jamais ressortir un soutien aux idées d’indépendance immédiate ou de renversement de la tutelle anglaise au profit du Tsar.

Il n’y pas la moindre trace d’une « conspiration internationale » dans laquelle le prétendu Maître K.H. (Takur Singh) joue « un rôle-clé » impliquant, entre autres, les rapports politiques entre la Russie, le Tibet et l’Inde, via l’éditeur Katkoff (op. cit. 180), lequel est considérée par Paul Johnson comme étant « en un sens supérieur à K.H. dans le groupe d’initiés… » (op. cit. p.133 — cf. infra).

A quoi mèneront ces complots et intrigues pour le pouvoir temporel entre « Mahatmas » ?

  • Ranbir Singh, Maharadja du Cachemire (le prétendu « Mahatma Morya), tout honnête homme qu’il fût, est assassiné à la suite d’une conspiration « le 12 septembre 1885 »
    (op. cit., p. 144 et p. 150).
  • Takur Singh (le prétendu Mahatma Kout Houmi) finit misérablement.
  • Khem Singh Bédi (le prétendu Choan) est exécré par son entourage…
Ranbir Singh
« Mahatma Morya… »
Takur Singh
« Mahatma Kout Houmi… »
Khem Singh Bédi
« Le Maha Choan… »

Ces destinées pitoyables ne gênent à aucun égard notre auteur, qui persiste dans le bien fondé de ses identifications en reprenant et pauffinant ce thème dans un second ouvrage.