Un rapide aperçu du « bon vieux temps »…

 
Le monde va si mal, entend-on, que si les Adeptes ou Êtres aux si grands pouvoirs existaient et œuvraient réellement pour notre bien, nous n’en serions pas là !

Il est vrai que, sans connaître les mondes occultes, en considérant tout simplement le cours de l’actualité planétaire, on ne pourrait qu’accepter ce constat : le monde va mal ; rien ne vient concourir à son amélioration sinon la bonne volonté active des êtres humains…

Un rapide aperçu du « bon vieux temps »…

Quelques questions s’imposent avant d’aborder la relation existant entre les Maîtres et notre vie terrestre de la fin du XXe siècle et du début de ce millénaire : quand est-ce que le monde a été « bien » ? Si une très nette amélioration de la condition humaine prévaut de nos jours, quand est-ce que les êtres humains furent heureux ? Parcourons l’Histoire… Quand ?

  • Quand le froid ravageait les chaumières hivernales et que les paysans — les « vilains » disaient-on — mouraient au travail au profit du Seigneur ?
  • Quand (pour ne parler que de l’Occident…) les hordes de Chevaliers désœuvrés parcouraient l’Europe pré-médiévale pour piller, détruire les récoltes et se donner ainsi le sentiment grisant d’exister ? (De nos jours, on sait détruire par d’autres moyens).
  • Quand l’Église régnait via l’Inquisition et interdisait de penser, envoyant au bûcher ceux qui osaient braver ses sombres interdits de rechercher « la vérité » ?…(Malheureux Giordano, toujours « hérétique » pour « la Sainte Église », quatre siècles après ton horrible supplice !. Aujourd’hui, cette nuisance mortelle a disparu grâce aux Lumières du XVIIIe et à la Révolution).
giordano1

Statue de Giordano Bruno à Rome, place Campo di Fiore, là où il fut supplicié le matin du mercredi 16 février 1600

giordano2

et l’inauguration du monument le 9 juillet 1889 (photo d’époque). Depuis, chaque jour, des fleurs sont déposées par ceux qui n’ont pas oublié…

 

  • Quand — après la découverte des Amériques en 1492 — l’Évêque de Mexico fit jeter au feu des manuscrits immémoriaux que les Aztèques gardaient précieusement et qui relataient la présence lointaine des Atlantes sur ce Continent et prouvant donc l’existence de la prétendue mythique Atlantide ? « Préservons la Sainte Ignorance des peuples et nous régnerons » disaient les Pères… (Ils prétendent encore aujourd’hui que Galilée, malgré tout, a eu tort de s’opposer à ce qui était alors la position de la Sainte Église Romaine).
  • Quand les moines et les prêtres, frustrés et rigides, trop fragiles devant la beauté des femmes, envoyaient ces prétendues sorcières à la torture puis dans les flammes pour les deux seules fautes qui pussent leur être imputées : leur forme physique (trop belle ou trop laide…) et trop intuitives et ouvertes, dans tous les cas, sur les mondes subtils ? (Cela a cessé mais… n’allez pas tenter le « diable »… il pourrait se réveiller).
  • Quand les bourreaux s’activaient dans les chambres de torture, simples auxiliaires de la « Justice », pour arracher souvent de faux aveux à de pauvres ères ou quand les roues, les gibets et les billots avaient droit de cité sur nos places et que le public s’offrait régulièrement le plus délicieux des spectacles face aux râles des condamnés ? (Des tortionnaires existent toujours).
  • Quand la misère était un « devoir » pour la plus grande partie de la population alors qu’une minorité, nourrie par elle, se croyait seule détentrice du droit de vivre ? (Cela se pratique maintenant à l’échelle planétaire).
  • Quand les hommes vendaient leur prochain, réduisant celui-ci en esclavage, pour de simples gains d’argent ? (Mais cela n’a pas cessé).
  • Quand est-ce que notre monde fut donc heureux ? Quand on hurlait pour une amputation d’un membre, d’une opération sans anesthésie ? Quand on mourait après un simple coup de froid, d’une crise d’appendicite, d’une rage de dent… pour ne point évoquer des maladies plus graves ? Quand les nourrissons disparaissaient comme des mouches ? (Cela a cessé, du moins en Occident).

Ouvrons les livres d’Histoire, de la véritable Histoire, non pas celle des Puissants qui firent la guerre, signèrent tels Traités et accaparèrent tous les biens, mais celle des peuples et de leurs conditions de vie, celles des codes sociaux et de leur rigidité, celle des mœurs et de leur aveuglement passionnel… C’est avec écœurement qu’on les referme.

Tout cela semble loin aux Occidentaux, et le fait d’évoquer cette réalité passée relève maintenant du cauchemar. Pourtant ce n’est pas si loin ! Il y a juste deux siècles encore que ces échafauds étaient dressés… Il y a près de 20 ans, en France, on coupait encore des têtes « légalement »… et aujourd’hui, aux États Unis d’Amérique, en Chine et dans bien des pays, on tue encore tout aussi « légalement »… Doit-on continuer la liste des malheurs, pour ne pas dire des horreurs, qui ont fait le quotidien de nos ancêtres et qui ont été la condition constante de l’évolution de l’Humanité ?

Le monde bouge…

Les Maîtres de Sagesse
et l’actualité planétaire

 
Au XVIe siècle le monde bouge : l’Imprimerie vient donner son concours à la diffusion des idées ; les textes antiques, grecs surtout, sont découverts ; traduits en Italie, ils se mettent à circuler en Europe. On apprend le Grec ; on veut comprendre l’origine et le déroulement de la Pensée ; on s’enquiert de l’Ancienne Sagesse et surtout des Sciences (mathématiques, astronomie, médecine) des Anciens. C’est la Renaissance italienne, puis Européenne.

À cet éveil, l’Église Romaine réagit brusquement : les hommes allaient apprendre cette langue (le Grec) et s’enticher d’un Platon, pis, d’un Pythagore ! Ils allaient peut-être, en cherchant bien, découvrir « la supercherie originelle » qu’elle mit lentement sur pied au cours des quatre premiers siècles de notre ère, et s’apercevoir que le Fils de Dieu — ce Christ Merveilleux dont elle usurpait l’Image pour couvrir ses mensonges et ses exactions — s’Il était « Unique » dans le rôle joué à une certaine époque de notre Histoire planétaire, était Un parmi d’Autres, chacun de nous étant aussi, en potentiel, « Fils de Dieu »… (comme Il le dit Lui-même, d’ailleurs, selon ce que rapportent les Évangiles). L’Église interdit que l’on étudiât le Grec — certainement la langue du Diable —, que l’on traduisît dans une langue parlée et comprise, l’Ancien et le Nouveau Testament ; elle fit tout pour bloquer le processus de libération de la pensée et de ce fait, de la libération des hommes et des femmes soumis à l’ignorance et à la peur des « Grands » (pauvre Jean Huss qui ne put échapper au bûcher et heureux Pic de la Mirandole qui le frôla sans y tomber !…)

Inquisition

Galilée, le célèbre astronome, est forcé en 1633 d’abjurer ses découvertes
devant l’Inquisition du Saint Office pour avoir émis l’idée
que la terre tournait autour du Soleil…

Le monde a osé vouloir penser. Il a voulu comprendre et chercher le pourquoi et le comment des choses. Mais quelle fut et quelle est encore la cause profonde de cet acharnement du malheur et de la souffrance sur l’Humanité ?

Le Karma planétaire

Les Maîtres de Sagesse
et l’actualité planétaire

Cette rétribution a toujours lié l’Humanité à des conditions de vie déplorables et malgré le soutien et l’inspiration invisible des Adeptes, celles-ci ne changeaient que lentement.

Les Maîtres de Sagesse, après qu’ils se furent retirés du regard des hommes, sauvegardèrent la Connaissance Universelle au Tibet. Cette Confrérie Himalayenne a toujours veillé, depuis « la nuit des temps » sur nous, bien que cette sollicitude ait toujours rencontré les sempiternels obstacles dus à la présence des « Frères de l’Ombre[1] » et à la nature humaine : orgueil, violence, goût du pouvoir, rapines, viols, mise en avant de notre petit « égo », etc.

The teacher
Le Maître — Toile
de Nicolas Roerich

Les Adeptes ont toujours œuvré — la plupart du Temps silencieusement et sans s’annoncer comme Tels — au profit de l’Humanité mais leur action a été — et est — soumise, à la Loi du Karma, c’est à dire au rythme dicté, en réalité, par le « paiement progressif de la dette ».

Toute l’histoire de la misère humaine, aussi loin que peut remonter son appréhension, est le récit de ce règlement.

C’est de ce rythme que dépendent les dons, de la part des Adeptes qui :

  • Inspirent le mental de certains hommes afin qu’ils « découvrent » les Lois régissant la Matière (ce que nous appelons « la Science » et qui n’est que Science de la Matière) et progressent dans la connaissance du monde qui nous entourent (monde matériel, donc, dans un premier temps) : les progrès de la Science, le don d’une Médecine compatissante (anesthésie, antibiotiques, traitement par rayon Laser…), les technologies modernes amenant le confort matériel, etc.
  • Insufflent le courage et le bénévolat afin de consolider les valeurs fragiles et sujettes à ironie ou au dédain : l’amour d’autrui, l’effacement de la misère et de la souffrance, la justice entre les êtres en matière de travail et d’accaparement des biens de cette Terre ;
  • Envoient des Émissaires (disciples ou Adeptes mêmes) pour livrer des parcelles de la Connaissance des Plans Invisibles et des Lois régissant ceux-ci (ce sont les Sciences Occultes, cette Science Hermétique si décriée car d’un abord difficile).

[1] Les Frères de l’Ombre : les magiciens noirs de l’Ancienne Atlantide ainsi que tous les êtres humains qui n’ont pu « remonter » vers l’Esprit et qui ont donc définitivement perdu leur Âme (Atma-Bouddhi-Manas). Voir les informations données à ce sujet et disséminées dans les écrits de H.P. Blavatsky et de A.A Bailey. Voir aussi « Les Lettres des Mahatmas » (Éd. Adyar) où ils sont nommés « Dougpas ». Voir également « Frabato le Magicien » de Franz Bardon (Éd. Moryason) et le dernier chapitre ainsi que l’Appendice I de « La Lumière sur le Royaume » d’Alexandre Moryason (Éd. Moryason).

Le Travail des Adeptes jusqu’à la fin
du XIXe siècle

Après cette charnière historique qu’est la Renaissance en Europe, la pensée s’envole et les « Lumières » du XVIIIe siècle viennent éclairer le ciel encore noirâtre des autodafés et des reniements contraints… (pauvre Galilée !).

Les mentalités changent. Les peuples bougent. Un vent nouveau souffle et va bientôt bouleverser toutes les destinées.

L’action des Adeptes fut énorme tout le long du XVIIIe siècle et surtout au dernier quart de ce dernier. (voir « le Programme des Adeptes au XVIIIe siècle »).

En effet, s’il fut un temps où tous les espoirs d’instaurer enfin le « bonheur du genre humain » prirent leur essor, ce fut bien en ce siècle. Et de fait, malgré l’affreux dérapage de la Révolution Française (notamment la Terreur), malgré les Guerres dites « napoléoniennes » — mais dont la cause véritable réside dans les sept coalitions (la première commence en avril 1792 alors que « Bonaparte » n’est pas encore en scène) menées par les Régimes féodaux européens, sous la houlette d’une Angleterre tremblante de peur devant l’éveil des peuples et la libération des individus — malgré toutes les résistances, le Programme des Adeptes réussit en partie par :

  • La mise à mort — qui fut lente, il est vrai, car elle a duré presque un siècle et demi après la Révolution — de l’emprise de l’Église sur la Société ;
  • Le partage du pouvoir, confisqué depuis le IXe siècle par la caste aristocratique (au moment où les titres de noblesse, originairement liés à des fonctions administratives et guerrières, devinrent héréditaires) ;
  • L’esprit « scientifique » qui éclôt et qui tend de plus en plus à découvrir le monde et l’aider de ses découvertes ;
  • Les conséquences furent énormes pour l’Humanité. La France exporta, dit-on sa Révolution. Ce fut un pas de géant car toute l’évolution du XIXe siècle est l’enfant de ces événements à la fois tragiques et prometteurs du siècle précédent.

Au XIXe siècle, les découvertes scientifiques vont bon train et en sa fin, les Adeptes opèrent ce qui fut une « Révolution » aussi, si l’on réfléchit bien au phénomène, mais que les Forces de l’Ombre (inspirant et poussant à une action destructrice les êtres humains en utilisant leurs failles mentales et psychologique) s’acharnèrent à effacer : la révélation au monde — enfin ! — de l’existence de la Confrérie des Adeptes, de cette fameuse Fraternité de Lumière qui, de Pythagore à Apollonius de Tyane, de Julien l’Apostat à Pic de la Mirandole, de Giordano Bruno à Alexandre de Caglisotro, était évoquée « sous le manteau », dans le secret des Temples Antiques puis dans le mystère des Loges Hermétiques d’Occident. Ce fut H.P. Blavatsky, Disciple de service en ce moment là, qui en paya le prix.

Il est certain, en effet, que jamais depuis la fermeture des Temples d’Égypte, on ne vit en Occident s’offrir une telle Connaissance de l’Histoire de la Terre, un véritable aperçu des Annales Planétaires et un pareil exposé sur la structure de l’être humain et le Chemin, clairement défini, qu’il devait emprunter pour se libérer de sa sinistre condition. L’Orient, bien que sous une présentation très altérée — l’Hindouïsme, le Bouddhisme Exotérique, entre autres — détenait d’immenses pans de ce Savoir sacré et les Textes Védiques sont là en témoignage de ce passé.

Ceci est un très rapide aperçu, exprimé en mode général, de ce qu’a pu être ce Travail.

 

Le Travail des Adeptes aujourd’hui

Les Maîtres de Sagesse
et l’actualité planétaire

 

Lorsque les Nazis furent vaincus en 1945, le monde se crut libre enfin de tout mal. Il se mit à reconstruire ce qui était matériellement détruit et, forts des horreurs qu’ils venaient d’affronter, les hommes et les femmes eurent des mouvements de générosité que leurs Gouvernants traduisirent par des Lois sociales importantes. « La Déclaration Universelle des Droits de l’homme » naquit dans cette mouvance bienfaisante.

Dans sa naïveté, le monde crut que ce terrible fléau d’asservissement était définitivement écrasé et que l’avenir était plein de promesses altruistes et enrichissantes pour tous les peuples : la décolonisation suivit ces élans…

Mais dans l’ombre, la pieuvre palpitait. Ce mal qui consiste à mener les êtres à une totale servitude, en s’accaparant de leur travail, de leur substance et de leur pensée, au moyen d’un détournement subtil et croissant de l’énergie que sont le temps et l’argent, …ce mal là n’était pas écrasé.

Dès la fin « officielle » de la Seconde de Guerre mondiale, se mettait en place la continuation — mais sous une forme beaucoup plus acceptable et donc cachée — du plan précédent de déstructuration des êtres humains afin de les empêcher de se libérer de leur condition en s’ouvrant vers la Voie de l’Esprit. Ce plan terrible est — et a toujours été — celui des « Frères de l’Ombre ». Ces « êtres » ne sont plus des humains (ce qui justifie l’emploi des guillemets) :

  • ils sont invisibles et résident la plupart du temps dans les mondes non perceptibles par les hommes ;
  • ils ont perdu leur Âme, affirmation qui fera certainement sourire ceux qui, encore humains, suivent sans le savoir le chemin qui mène à cette pitoyable situation ;
  • ils utilisent les failles humaines (passions, goût du pouvoir, domination primaire d’autrui, accaparement des biens, etc…) pour insuffler des pensées de destruction et des émotions néfastes à des êtres humains (que ce soit le désir de posséder des richesses matérielles, de dominer autrui ou— profitant de la foi religieuse passionnelle de nombreux êtres — d’inspirer le fanatisme meurtrier au point de déclencher des guerres de religions[1]) afin que ceux-ci, en assouvissant ainsi leurs propres passions et ceux de leur caste, servent indirectement leurs intérêts (empêcher le plus possible la Spiritualisation du monde, autrement dit le « Retour de tous les êtres à un état moins matériel », ce qui est le But de l’ensemble de l’Évolution des Mondes et des Systèmes planétaires ayant atteint le même état de densité que celui dans lequel nous vivons, But que poursuit, selon la Loi Cosmique, la Confrérie des Frères de Lumière).

Que fait donc cette Confrérie Lumineuse face à ces agissements ? Que fait-elle devant le déferlement de ce Mondialisme mal utilisé, devant les déchaînements boursiers, devant le totalitarisme des Marchés ? Que fait-elle devant les intégrismes religieux et les misères accrues du Tiers Monde ? Que fait-elle devant les fatigues quotidiennes des vies en Occident, entre le travail, les transports et l’angoisse du chômage ? Existe-t-elle vraiment cette Confrérie sensée aider l’humanité qui, dans sa majorité n’en peut plus alors qu’une minorité ne perçoit dans ce jeu infernal que l’opportunité de se saisir de davantage de jouissances ?

Elle agit. Depuis la dernière guerre, elle a :

  • Poursuivi son action de diffusion de la Sagesse Orientale : les textes de l’Hindouisme sont devenus accessibles à l’Occident, puis la Pratique d’un Bouddhisme réellement salvateur grâce à la venue en Europe et aux États Unis de Lamas Tibétains et l’instauration de Centres d’Initiation à la Méditation, etc ;
  • Poursuivi l’incitation à l’ouverture spirituelle par la diffusion de quantité inouïe et croissante d’ouvrages liés à la Spiritualité, à un « retour aux Sources spirituelles » des religions, à une réflexion métaphysique nouvelles ;
  • Ouvert les Portes de l’Initiation individuelle en permettant à tous ceux qui le veulent d’accéder à la Connaissance de la Tradition et à la Pratique Théurgique (de Magie Divine Purificatrice) ; ceci s’est fait — et se fait — par la publication, jamais vue auparavant, du moins en Occident, d’ouvrages traitant de ce sujet, tels les livres fabuleux de Franz Bardon, ceux de l’Ordre Hermétique de l’Aube Dorée (la « Golden Dawn »), de l’Ordre de l’Aurum Solis, etc.
  • Inspiré les Chercheurs dans le domaine de la Science et surtout en Astrophysique afin de conduire ceux-ci à une réflexion plus spirituelle sur l’Univers et en incitant des « découvertes » dans ce domaines qui sont généralement encore tues ;
  • Inspiré et soutenu les Organisations caritatives ou libératrices de systèmes de pensée pernicieuses (exemple : les Organisaitons ou Associations qui veulent ouvrir les yeux de nos contemporains sur les méfaits de l’orientation individualiste de l’Écomonie actuelle) qui agissent partout dans le monde ;
  • Mis l’humanité, pour la première fois depuis la Nuit Atlante, devant la responsabilité de ses choix :
  1. soit elle suivra la Voie menant à l’Esprit,
  2. soit elle s’adonnera à la quête de jouissances uniquement matérielles.

Autrement dit :

  1. soit elle acceptera et œuvrera selon la Loi d’Amour envers tous les êtres (ce qui aura d’incommensurables conséquences concrètes, tant au plan social, économique, juridique, religieux et ce, à l’échelle planétaire) ;
  2. soit elle continuera à ne vivre que selon ses passions égoïstes, le relâchement de ses instincts souvent très meurtriers et l’assouvissement de ses désirs de jouissances (ce qui a déjà d’incommensurables conséquences concrètes, tant au plan sociale, économique, juridique, religieux et ce, à l’échelle planétaire ; c’est le monde dans lequel nous vivons).

En bref : soit nous décidons de changer et de devenir vraiment « humain » pour avancer vers le Divin, soit nous continuons à nous rabaisser à un état que même l’animal ne connaît pas.

De ce choix que chacun de nous doit faire, maintenant, aux abords du IIIe millénaire, dans un contexte mondial qui provoque la mise au grand jour de ce que nous sommes vraiment au fond de nous-mêmes, c’est à dire de l’état d’évolution vers le Bien que nous avons atteint, dépend notre Chemin individuel futur, le sens que prendra — pour chacun de nous, selon ses choix de comportement — le parcours vers l’Évolution ou la Stagnation(ce mot, considéré selon les Sciences Hermétiques, implique une situation très, très difficile…).

Choisir le Chemin de l’Évolution ne sous-entend pas le fait de suivre uniquement une Voie Spirituelle, Théurgique, etc… Si on le fait, tant mieux, mais si on ne le fait pas, cela n’est absolument pas grave. Il ne s’agit pas même pas de « croire en Dieu » ou de « ne pas croire en Dieu »… Ce n’est pas important, au fond, au regard de ce qu’exige la Loi d’Amour. Celle-ci peut être appliquée sans être soutenue par une croyance quelconque sinon dans le Bien Commun et ce sentiment là (et les actes qu’il implique) suffit à lui seul pour que soit franchi avec succès cet Examen de Passage auquel nous sommes soumis, sans le savoir peut-être, mais auquel nous préparent depuis le siècle dernier bon nombre d’ouvrages liés à la Spiritualité et à l’Ésotérisme.

Cette situation revêt, en effet, aujourd’hui un caractère exceptionnel car les conditions environnantes invisibles, c’est à dire le cycle d’évolution de notre Planète et de l’Être Divin Qui la gouverne s’inscrit dans un cycle plus grand encore au plan universel. Ceci signifie que le temps imparti à une certaine amélioration des êtres humains liés à la Terre prend fin et qu’une autre étape évolutive s’ouvre pour eux : s’ils ne sont pas prêts, ou ceux qui ne sont pas prêts pour cette « remontée spirituelle», seront retirés du processus d’évolution terrestre…

On peut dire que l’Horloge Cosmique a sonné l’Heure des Comptes, comme elle le fait régulièrement au cours des Temps, ce dont la mémoire humaine ne garde ni trace ni conscience.

Mais cette ignorance, ce refus de notre part d’avancer et de nous transmuter, ne changeront pas le Cours des Choses.

[1] Nous relirons avec plus d’attention peut-être, au regard des récents événements survenus le 11 septembre 2001 — et de l’assassinat, le 9 septembre 2001, d’un « Frère » authentique, Ahmad Shah Massoud — les prédictions données par le Maître D.K. à A.A. Bailey dans « Extériorisation de la Hiérarchie » (Éd. Lucis) en avril-mai 1946, c’est-à-dire 55 ans avant l’amorce de leurs réalisation ; il y est notamment précisé: « L ‘humantié va vers une guerre religieuse qui fera ressembler la dernière guerre (1939-1945) à un jeu d’enfants »; les antagonismes et les haines vont affecter des populations entières et les politiciens de toutes les nations profiteront de la situation pour déclencher une guerre qui pourrait bien être la fin de l’humanité. Il n’y a pas de haines plus grandes et plus profondes que celles qui sont entretenues par la religion ».