Le Rapport Hodgson

[1]
établit en 1885 par la Société de Recherches Psychiques de Londres et son désaveu, en 1986, par la même Société en la personne de son enquêteur,
le Dr Vernon Harrison.

« Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière,
au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur »
J’ACCUSE !
Emile Zola
(extrait de la lettre ouverte « J’Accuse » d’Émile Zola,
parue le 13 janvier 1898 dans le journal « L’Aurore »,
adressée à Félix Faure, Président de la République,
pour la défense du capitaine Alfred Dreyfus)

« Je ne commettrai pas la stupidité à la mode
de considérer ce je ne peux pas expliquer
comme une fraude »
Carl Gustav Jung
(Complément à un cours donné à la
Société de Recherche Psychique en 1919)

Richard

Professeur Richard Hodgson (1855-1905)

Ce Rapport portait sur une enquête effectuée en 1884-1885 d’une part sur des lettres reçus par un couple et attribuées par lui à Madame Blavatsky et, d’autre part, sur les « Lettres des Mahatmas », lettres envoyées par divers Adeptes à différents destinataires.

« Pendant des années Hodgson a été présenté comme l’exemple d’un parfait chercheur dans le domaine psychique, et son rapport un modèle de ce qu’un rapport sur la recherche psychique devrait être ».

« Je montrerai qu’au contraire, le Rapport Hodgson est un document hautement partisan, auquel ne peut être reconnu aucun droit à se réclamer de l’impartialité scientifique. C’est le réquisitoire d’un comité d’accusation qui n’hésite pas à sélectionner les preuves convenant à son parti, ignorant et supprimant tout ce qui tend à contredire sa thèse. Le conseil de la défense n’a jamais été entendu.»

Docteur Vernon G. W. Harrison
Membre de la Société de Recherche Psychique de Londres,
extrait de « J’Accuse »[2]
publié pour la première fois dans le
« Journal of the Society for Psychical Research »,
Vol. 53, No. 803 (April 1986), pp. 286-310)

 

 

 

 

Séparateur


[1] « Report of the Committee Appointed to Investigate Phenomena Connected with the Theosophical Society » communément appelé « Rapport Hodgson »
[2] 
En référence à la lettre éponyme J’Accuse d’Émile Zola.

Le Rapport Hodgson de 1885

« Tu ne sais rien de la sagesse
tant que tu n’as pas fait l’épreuve des ténèbres,
qui te retranchent d’un chacun,
sans recours et sans bruit »
Hermann Hesse
(Poète, peintre et romancier
Prix Nobel de littérature en 1946)

1° – Cause de l’enquête initiale (1884-85)
        de la Société de Recherche Psychique de Londres

En 1884, sur l’invitation du Colonel Olcott, la « Société de Recherche Psychique de Londres » (S. P. R.[1]) envoya en Inde, à Adyar (Madras, siège de la Société Théosophique ou S.T.) Richard Hodgson pour faire une enquête sur les « pouvoirs » de Madame Blavatsky, producteurs de « phénomènes » inexplicables par la Science.

Compte tenu du fait que le Colonel Olcott, avec tant d’autres, avait toujours été un témoin impartial de ces phénomènes, c’était donc avec la conscience plus que tranquille, sûr des résultats — positifs et en faveur de Madame Blavatsky — qu’il sollicita cette enquête.

Hodgson, envoyé par la Société de Recherche Psychique de Londres, se rendit à Madras. La première attitude de ce Comité d’enquête, dans son premier rapport confidentiel du printemps 1884, destiné à l’information du cercle restreint des membres de la S.P.R., fut prudente mais de bonne foi et ouvert à une étude impartiale des « phénomènes ». Le Comité venait de rencontrer H. S. Olcott et A. P. Sinnett, ainsi que le Théosophe hindou Mohini M. Chatterji.

Sur ces entrefaites se déclencha le « scandale Coulomb », qui changea totalement le cours des choses : le couple Coulomb, hébergé à Madras par les soins de Madame Blavatsky, fut chassé du siège de la Société Théosophique pour malversations, le 14 mai 1884[2]. Mari et femme s’entendirent alors pour faire publier en septembre, dans le Madras Christian College Magazine, des lettres qu’ils — Madame Coulomb plus précisément — prétendirent avoir reçu de Mme Blavatsky. Ces écrits laissaient paraître implicitement l’existence d’une fraude liant H.P.B. et le couple, spécifiquement en ce qui concerne la « fabrication » des « Lettres des Mahatmas » : ceci impliquait que ce n’était pas les Adeptes qui écrivirent les lettres reçues par A.O. Hume, A.P. Sinnett, etc., mais bien la falsificatrice que se révélait être Madame Blavatsky. A ces lettres outrageuses se mêlaient d’authentiques lettres d’H.P.B. envoyées aux époux Coulomb, relatant des banalités d’usage, mais dont l’écriture fut bien la source de la copie qu’ils en firent.

L’attention d’Hodgson se reporta donc soudain sur l’authenticité de ces lettres d’ « aveux » qu’auraient reçues Emma Coulomb de Madame Blavatsky ; celle-ci nia, à l’évidence, les avoir jamais écrites.

 

2° – Les conditions de cette enquête 

Pendant tout le temps qu’il passa à Adyar (Madras), de janvier à avril 1885, l’enquêteur fut reçu amicalement par les membres de la Société Théosophique mais il n’obtint de ses interlocuteurs hindous que des réponses évasives susceptibles de prêter à confusion au sujet des rapports qu’entretient Mme Blavatsky avec les Mahatmas. Pourquoi ? Parce que les interlocuteurs hindous étaient liés par le devoir de réserve envers les Mahatmas qui étaient leurs Maîtres ; ces derniers devaient garder l’anonymat et le plus strict retrait, alors les disciples firent tout pour brouiller les pistes de l’Occidental.

Pour Hodgson, Sinnett et tous les autres témoins étaient des dupes, à l’exception de Damodar que, contrairement aux Coulomb, il tint pour un complice. Rappelons aussi qu’Olcott[3], quant à lui, apparut comme un sot auquel on ne put reprocher que « de la crédulité, et un manque de précision dans ses observations et ses déductions ». Cette formule sanctionnait 10 ans de présence du Colonel aux côtés d’H.P.B. et 20 années d’observations des phénomènes spirites qui lui avaient donné une réputation mondiale dans ce domaine !

De plus, Hodgson refusa d’entendre la première concernée par toute cette affaire : Mme Blavatsky. Il ne voulut entendre et prendre en compte que les dires qui confortaient l’accusation, taxant de complicité de fraude ou de manque de discernement les témoins en faveur de l’accusée ; ainsi en fut-il de Damodar[4] (complice !) et du Colonel H.S. Olcott et des autres témoins (victimes des supercheries de Mme Blavatsky par manque de discernement).

En fait, l’essentiel de l’argumentation d’Hodgson reposait sur le témoignage des époux Coulomb, confirmés dans leurs dires par les experts graphologues qui, après beaucoup d’hésitations, authentifièrent les lettres que le couple prétendait détenir de Mme Blavatsky.

Or, Hodgson, au regard de l’analyse graphologique qu’il fit, affirma que les lettres attribuées par le couple Coulomb à H.P.B. furent bien écrites de la main de cette dernière. C’était donc accepter l’idée de fraude relative à « la fabrication », par Mme Blavatsky, d’autres lettres, celles qu’avaient écrites des Adeptes.

 

3° – Conclusions du Rapport Hodgson

L’enquête d’Hodgson aboutit, en décembre 1885 au fameux Rapport du « Comité préposé à l’investigation des phénomènes liés à la Société Théosophique». Les conclusions étaient les suivantes : « Pour notre part nous ne la regardons pas davantage comme le porte-parole de prophètes cachés que comme une simple et vulgaire aventurière ; nous pensons qu’elle a conquis le droit à une perpétuelle mémoire en tant que l’un des plus accomplis, des plus ingénieux, et des plus intéressants imposteurs de l’histoire ».

Séparateur


[1] La Société pour la Recherche Psychique a été fondée en 1882 par un groupe de distingués savants de Cambridge. Son but était d’examiner de prétendus phénomènes paranormaux de manière scientifique et impartiale et c’était la première société de cette sorte dans le monde. La nature interdisciplinaire de ses thèmes est reflétée par les spécialités de ses anciens présidents. Ceux-ci incluent les philosophes Henry Sidgwick, C.D. Broad, Henri Bergson et H.H. Price; le Premier Ministre A.J. Balfour; les psychologues William James et F.W.H. Myers; les physiciens Sir William Crookes, Sir Oliver Lodge et Lord Rayleigh; le physiologiste et Lauréat du Prix Nobel Charles Richet; l’humaniste Gilbert Murray; le zoologiste Sir Alister Hardy; et le parapsychologue J.B. Rhine. (Définition tirée du site de la SPR)
[2] L’intention réformatrice et éducatrice de la Théosophie aux Indes devenant chaque jour plus évidente, des réactions s’organisèrent dans le monde pour faire obstacle à cette influence grandissante. En 1884, après le retour des « Fondateurs » en Europe, c’est la « conspiration d’Adyar », organisée par les missionnaires chrétiens avec la complicité du couple Coulomb qui, après avoir été recueillis par H. P. B. au siège de la Société à Adyar, cherchaient à nuire à la S. T. et à tirer vengeance des membres avec qui ils s’étaient violemment brouillés après le départ des Fondateurs. Le complot, publiquement démasqué par Judge, n’en eut pas moins de graves conséquences. Les attaques visaient directement la personnalité et le caractère moral de H.P. Blavatsky.
[3] Il suffit de songer aux qualités éminemment contraires dont Olcott a fait montre pendant toute sa vie d’enquêteur, qui commence aux armées, et dont témoignent ses écrits. Rappelons que le « Comité de St Pétersbourg » (dirigé par le conseiller Aksakoff) était, comme Sir Arthur Conan Doyle, d’un avis tout à fait opposé au sujet d’H.S. Olcott. Et l’on ne saurait faire au « père de Sherlok Holmes », médecin de son état, l’injure de comparer à celle d’Hodgson l’intelligence qu’il montre dans ses rigoureuses enquêtes, tout au long de quarante ans d’études spirites. Comme les scientifiques de St Pétersbourg, Conan Doyle a souligné au contraire avec admiration la remarquable rigueur et l’aptitude à l’observation montrée par le Colonel dans ses enquêtes, et dont témoignent ses articles du Daily Graphic et son livre « Gens de l’Autre Monde ».
[4] Damodar K. Mavalankar, né dans Ahmedabad, Gujarat, en septembre 1857, grand disciple du Maître K.H. – Il administrait le Quartier Général d’Adyar durant les fréquents voyages d’H.P.B. et d’H.S.O., ce qui explique son implication par Hodgson. Damodar partit en 1885 pour le Tibet rejoindre son Maître et nul ne le revit…


Il est possible de consulter en ligne (mais en anglais) l’ouvrage de Walter A. Carrithers, Jr. :

« Obituary: The « Hodgson Report » on Madame Blavatsky »
The Theosophical Publishing House – 1963

d’une grande richesse documentaire.

Problématique liée au Rapport Hodgson

« Serais-tu aussi chaste que la glace
et aussi pure que la neige,
tu n’échapperais pas à la calomnie »
William Shakespeare
Extrait de Hamlet

L’élément fondamental du Rapport Hodgson était le résultat de l’analyse graphologiqueeffectuée aux fins de découvrir si les lettres que Mme Coulomb avait en sa possession étaient bien de l’écriture d’H.P. Blavatsky ; ces lettres, rappelons-le, auraient contenus des « aveux » de la part de Mme Blavatsky à Mme Coulomb de la « fabrication » des Lettres des Adeptes et donc d’une origine frauduleuse de celles-ci.

La problématique sous-tendue par le résultat de cette analyse graphologique recèle deux questions :

  1. les capacités psychiques de Madame Blavatsky ayant produit des « phénomènes occultes » sont-elles authentiques ?
  2. les Lettres des Mahatmas ont-elles vraiment été envoyées par des Adeptes ?

La réponse à cesdeux questions est essentiellepour le public de cette fin de XXe siècle — et des siècles à venir, d’ailleurs — car chacune implique la réponse à LA question fondamentale que posent la vie et de l’œuvre d’H.P.B. : l’Authenticité des Sources de l’Enseignement contenu dans « La Doctrine Secrète » écrite par H.P.B et donc la valeur et la véracité de ces Enseignements.

Et de fait :

  • si les lettres possédées par Mme Coulomb sont bien de la main de Mme Blavatsky, les « aveux » de cette dernière relatifs à la « fabrication » des Lettres des Adeptes doivent être considérés comme tels et donc, les Lettres des Adeptes ont véritablement une origine frauduleuse ; par conséquent, on est en droit de se poser la question subsidiaire : l’existence des émissaires de ces lettres est-elle bien réelle ?
  • mais si les lettres possédées par Mme Coulomb ne sont pasde la main de Mme Blavatsky, les « aveux » de cette dernière relatifs à la « fabrication » des Lettres des Adeptes doivent être considérés comme nuls et non avenus et donc, les « Lettres des Mahatmas » ont authentiquement été envoyés par des émissaires autres que la personne de Mme Blavatsky ; par conséquent, on n’est plus en droit — par la simple cohérence de la pensée — de se poser la question subsidiaire relative à la réalité de l’existence de ces émissaires (que ceux-ci soient considérés comme des « Adeptes », des « Mahatmas », des Êtres exceptionnels détenant une Connaissance Occulte exceptionnelle aussi, est une autre question qui sera étudiée ultérieurement).

Pour élaborer une réponse à ces deux questions, nous devons:

  • savoirsi les « preuves » dont les accusateurs d’H.P.B. prétendirent disposer contre elle au sujet des « phénomènes », notamment au sujet des Lettres des Mahatmas, qu’elle produisit étaient vraiment telles et par conséquent,
  • nous assurer de l’impartialité et de la minutieuse investigation avec lesquelles devait — aurait dû — être faite l’analyse graphologique d’Hodgson aux fins de découvrir si les lettres que Mme Coulomb avait en sa possession étaient bien de l’écriture d’H.P. Blavatsky.

Si l’on avait pu croire Mme Blavatsky sur parole, ainsi que de nombreux témoins qui avaient considéré comme impossible un trucage de ses « phénomènes » et notamment la réception des « Lettres des Mahatmas », la question aurait été plus simple. Aussi étonnantes qu’elles fussent, les explications que donna H.P.B. étaient suffisantes pour rendre compte de tous ses « phénomènes ». Alors l’enquête aurait dû uniquement porter sur ce type de ressources, encore cachées ou non développées, de la psyché humaine.

Remarquons, toutefois, que la force de la présomption favorable réside dans la qualité des multiples témoins directs des démonstrations d’H.P.B. Il faut toujours se souvenir que ceux-ci ne furent pas plus dépourvus de jugement que le lecteur contemporain, intelligent et soucieux, à juste titre, de ne pas s’en laisser compter. Leurs témoignages sont agrémentés de toutes les considérations qui démontrent leur prudence et leur capacité d’examiner lucidement chaque hypothèse de fraude.

Le récit, entre autres, qui est donné par Dr Hübbe Schleiden et de M. Rudolph Gebhard – qui furent confrontés à des manifestations différentes de ces envois de « messages » de la part des Mahatmas, et ce, à des centaines de kilomètres d’H.P.B. – fournit à lui seul matière à se former une opinion en faveur de Madame Blavatsky.

Il faut encore rappeler que c’est à la suite d’un contact très amical du Colonel Olcott, alors Président de la Société Théosophique, avec la Société de Recherche Psychique, que celle-ci s’était intéressée à l’extraordinaire « cas » de Mme Blavatsky. H. S. Olcott et A. P. Sinnett déploraient, en effet, que pareil déploiement de prodiges se déroulât toujours en petit comité, en fonction du « caprice » d’H.P.B. Ces deux esprits « occidentaux » rêvaient depuis longtemps de voir contrôler ces phénomènes par une instance scientifique compétente. Ils attendaient de ses conclusions qu’elles levassent les ambiguïtés entourant nécessairement des « expériences » produites en dehors de tout contrôle d’une compétence reconnue.

Une enquête a été faite, cent ans plus tard, par le Docteur Vernon Harrison, sur le déroulement de celle qu’avait faite son prédécesseur en 1884-1885 sur l’analyse graphologique et sur l’interrogation des témoins oculaires des « phénomènes » produits par Mme Blavatsky.

C’est là le contenu du Rapport Harrison d’avril 1986.

Séparateur

Le Rapport du Dr Vernon Harrison de 1986

« Qui Vult Caedere Canem Facile Invenit Fustem »
« Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage »
Molière, les Femmes savantes, II, 5.

1° – Enquête du Dr Harrison — Expert Agréé auprès des Tribunaux — sur l’analyse graphologique, effectuée en 1884-1885, des lettres imputées à Madame Blavatsky et qu’auraient reçues les époux Coulomb.

Voici les arguments scientifiquement présentés par le Dr Harrison pour prouver la malhonnêteté sous-jacente et présente dans tout le processus de l’enquête de 1884-1885 :

  La façon même dont, dès le départ, a été soumise l’analyse des lettres Coulomb-Blavatsky. Le Dr Harrison précise que « […] si Madame Blavatsky était suspecte, les Coulomb l’étaient aussi. La procédure correcte eût exigé que les parties incriminantes des lettres Coulomb-Blavatsky fussent reproduites dans le rapport avec les spécimens reconnus de l’écriture de Madame Blavatsky, Monsieur Coulomb et Madame Coulomb. Ceci ne fut jamais fait ; et cette omission est inexcusable.» (Op. cit., p. 288-289).

  Hodgson a immédiatement formulé des présomptions de culpabilité à l’encontre de Madame Blavatsky alors que les antécédents du comportement social des époux Coulomb et de leur manque de d’honnêteté, étaient connus de tous ceux qu’il a interrogés à Adyar.

  Hodgson n’a jamais soumis à l’Expert en Graphologie, Frederick George Netherclift, consulté à sa demande, aux fins d’analyse, un exemplaire original de chacune des deux écritures — celle de M. et de Mme Coulomb et celle d’H.P. Blavatsky. Le Dr Harrison réitère sa consternation : « L’écriture des Coulomb n’a jamais été examinée par Netherclift ou par toute autre personne compétente.» (Op. cit., p. 289).

  la destruction des originaux des prétendues lettres Blavatsky-Coulomb au cours d’un vrai procès, intenté par Madame Blavatsky pour diffamation contre le Pr. Elliott Coues[1] qui les avait achetées dans le but de nuire à H.P.B :

  • Sur ce point, les faits, tels qu’ils ont été établis par le Dr Harrison, sont les suivants : les lettres ne sont plus au Christian College de Madras ; elles ne sont pas davantage dans les archives de la Société Théosophique, à Adyar. Le dernier possesseur de celles-ci n’est autre que le Pr. Elliott Coues, du Smithsonian Institute, un ancien Théosophe dont le libelle contre Mme Blavatsky, dans le journal New York Sun, du 20 juillet 1889, lui valut un procès qu’interrompit le décès de cette dernière le 8 mai 1891.
  • Une correspondante à New York du Dr Harrison, Mrs A. Atkins a effectué une recherche qui aboutit aux conclusions suivantes : « Durant cette période, Coues — tandis que affrontait les poursuites — acheta les lettres des Coulomb, via un agent des missionnaires écossais aux Indes. J’ai une copie photostatique de son enregistrement. Il est inclus dans les archives « Coues » de la State historical Society du Wisconsin, Madison, Wisconsin. J’ai un microfilm de tous ses papiers sur la Théosophie et matières corollaires. Les lettres Coulomb ne sont pas dans les archives. A ce moment, le but de Coues, en acquérant les lettres, était d’obtenir une preuve pour sa défense dans le procès d’H.P.B., de prouver qu’elle était une faussaire. Sa femme était une millionnaire et il avait par conséquent tous les moyens professionnels à sa disposition pour accabler H.P.B. si ces lettres étaient authentiques. Cependant, silence complet : il ne dira jamais qu’il les possède. Ou bien il les a détruites durant sa vie ou bien il a laissé des instructions pour que ses héritiers le fassent.» (Op. cit., p. 289).
  • Pourquoi E. Coues, accusé de diffamation par H.P.B., n’a-t-il pas utilisé devant les Tribunaux, pour sa propre défense, les originaux de ces lettres qu’il avait achetées ? Pourquoi a-t-il gardé le silence sur cette possession en la détruisant ou la faisant détruire par ses héritiers ? A-t-il préféré éviter le ridicule ? Ce constat est, en tout cas, une présomption d’un poids considérable en faveur la fausseté de ces « pièces à conviction» contre H.P.B.
  • D’autre part, l’un des premiers défenseurs actuels de la mémoire de Mme Blavatsky, Walter A. Carrithers, membre à la fois de la Société Théosophique et de la Société de Recherche Psychique, a apporté au Dr Harrison la précision suivante, sur le probable destin de ces lettres : « Autour de 1948, je me suis procuré une copie des dernières volontés du Professeur Coues et j’ai commencé à rechercher sa postérité vivante pour apprendre uniquement que l’un d’entre eux, quoique décédé récemment, avait jeté au feu ce qui était décrit comme « plusieurs lettres ostensiblement écrites de la main de Mme Blavatsky… » (Op. cit., p. 289).

  Aucun fac-similé des lettres soumises à l’enquête n’avait été inclus par Hodgson dans le Rapport qu’il soumit à la Société de Recherche Psychique. Il justifia cette omission par la réexpédition à Madras des échantillons envoyés à l’Expert-Graphologue, alors que lui-même était déjà de retour à Londres. Pour Dr Harrison cette omission est inexcusable : « Les lettres sont une partie vitale de la preuve… Il y avait de bons photographes professionnels opérant dans l’aire de Madras qui auraient pu faire des copies convenables et permanentes de ces importants documents.» (Op. cit., p.289).

  Hodgson montre une légèreté surprenante de la part d’un enquêteur sur le jugement de l’écriture imputée à H.P.B. En effet, il dit qu’il a soumis les originaux des documents incriminés à « plusieurs personnes ayant une expérience des écritures, qui furent unanimement de l’opinion qu’elles avaient été écrites par Mme Blavatsky ». Le Dr Harrison demande qui sont ces experts improvisés ! Il note que le seul expert disponible à Madras, J. D. Gribble, mentionne ces autres intervenants comme étant des banquiers ! Était-ce ceux des missionnaires de Madras, dont l’influence était précisément menacée par les Ecoles théosophiques naissantes ?

  Hodgson refuse les conclusions de J.D. Grible, Expert-Graphologue de Madras, qui ne lui conviennent pas pour ne garder que celles qui servent sa thèse (sans fournir davantage les documents qui permettraient d’en juger (Cf. le cas de la « lettre d’Hartmann » citée en exemple de ce débat contradictoire par V. Harrison, op. cit., p. 294).

  Mais, toujours dans les conclusions de Gribble, Hodgson accepte cet argument qui conforte son parti pris, irrecevable par un véritable Expert : « Mr Coulomb peut être d’office dégagé de toute suspicion. Il n’est que très peu familiarisé avec l’anglais, et il lui eût été impossible d’écrire les lettres.» (Oc. cit., p. 306). Mr Gribble ne s’est-il pas aperçu, demande le Dr Harrison, que la plus grande partie des passages incriminés n’étaient justement pas écrits en anglais mais en français ? Madame Coulomb, qui, elle, connaissait l’Anglais, ne pouvait-elle pas fournir à son mari le texte à recopier ?

  Hodgson mentionne un certain Mr Sims, du British Museum, lequel est un Epigraphiste, non un Graphologue. Il n’a jamais donné son opinion par écrit à Hodgson et celle-ci évolue au gré de celle de l’unique expert véritablement compétent de toute cette « enquête » : l’expert Britannique F. G. Netherclift. Celui-ci reste, en effet, la seule référence sérieuse de ce rapport. Or, les conditions dans lesquelles il a accepté d’opérer (entre autres, pas d’échantillon authentique de l’écriture des parties en présence) sont un défi à la plus élémentaire déontologie, voire au plus simple bon sens.

  Hodgson n’a tenu aucun compte de deux faits patents : Monsieur Coulomb était un excellent dessinateur et d’autre part, ainsi que le signale le Dr Harrison : « […] Coulomb, ayant des accointances avec l’écriture d’H.P.B. et accès à celle-ci, ayant aussi l’avantage initial d’avoir une écriture similaire à la sienne à maints égards, pouvait avoir interpolé des passages à l’intérieur de ses lettres authentiques sans grande difficulté. Pourquoi Hodgson ne considère-t-il même pas cette éventualité ? Pourquoi des spécimen de l’écriture de Monsieur Coulomb ne furent-ils pas envoyés pour un examen indépendant ? » (Op. cit. p. 306).

  Le « Rapport de Mr F. G. Netherclift, Expert en écriture, sur les documents Coulomb-Blavatsky » , qui est une pièce à conviction dans le Rapport définitif d’Hodgson, ne présente aucune des garanties requises par la Déontologie de cette profession. Il est notable que F. G. Netherclift n’en était pas à sa première erreur, aux conséquences dramatiques, et sa réputation était plus que contestée. L’avocat d’un accusé de diffamation publia, en 1890, la relation circonstanciée d’une erreur judiciaire qui était entièrement imputable à une expertise de Netherclift. Ce dernier fit condamner un innocent, sur la base du même type d’analyse à laquelle il soumit les « documents Coulomb-Blavatsky» . Il fallut que l’audience devant le Tribunal amenât les aveux du vrai coupable pour que fût disculpée in extremis la victime des talents de Netherclift. (Cf. H. S. Olcott, Old. Diary Leaves, t. III, pp.129-131).

  Netherclift donne aux pièces soumises à son analyse un titre trompeur : « Documents Coulomb-Blavatsky » car ce ne sont pas « des » documents sur lesquels l’expert donne son compte rendu, mais seulement quelques échantillons (non origianux dans le sens où ils n’ont pas été écrits devant l’expert), sélectionnés par Hodgson selon les propres critères de ce dernier, délibérément orientés.

  « Le rapport lui-même est mutilé, une partie ayant été découpée; et il comporte deux dates » précise le Dr Harrison. Il serait, de par cette mutilation, irrecevable devant un Tribunal. Qu’a-t-on ôté du rapport de l’expert ?

  Netherclift commence son rapport en évoquant les « instructions » reçues d’Hodgson. « On ne nous dit pas quelles furent ces instructions » — précise le Dr Harrison — « Netherclift avait-il pour instruction de rechercher dans des lettres, par ailleurs authentiques, d’habiles altérations frauduleuses, ou des interpolations ? Ou fit-il un examen général du document dans son entier ? » (Op. cit., p. 291). En fait, l’expert se contente d’établir que tous les documents qui lui sont soumis sont bien de la main de Mme Blavatsky, sans même voir un original de l’écriture de cette dernière ! Ces documents sont-ils les parties incriminant Mme Blavatsky ou d’autres pièces ? C’est pourtant là la question fondamentale. Curieusement, aucune référence n’est faite par Netherclift à ces prétendus « aveux » d’imposture (relative à la « fabrication » des Lettres des Mahatmas qui seraient de la main d’H.P.B !). Aucun échantillon de la main de Mme Coulomb ne lui a été fourni.

  Le pire est que, contre tout usage en vigueur dans la profession, le rapport de Netherclift ne permet l’identification d’aucun document examiné par lui, alors qu’une telle liste, certifiée par expert, permet justement d’éviter qu’un client indélicat n’utilise l’analyse d’un texte précis pour en attribuer les conclusions à un autre. La formulation du rapport Hodgson reste floue : « les lettres dont ces extraits sont tirés étaient parmi celles qui ont été examinées par Mr Netherclift » (Loc. cit, p. 292). Or, lorsque le Dr Harrison essaie de confronter ces quelques extraits à la liste de Netherclift, il ne les retrouve pas ! (Cf. op. cit., p. p. 291-92) Le seul passage cité qui soit identifiable dans la liste et par conséquent attribuable à la main d’H.P.B. — selon l’expert — n’est un aveu implicite de culpabilité que si on veut le lire avec a priori : « La poste part, ma chère. Je n’ai qu’un instant. Votre lettre arrivée trop tard. Oui, laissez Shrinavas Rao se prosterner devant le Shrine [tabernacle] et s’il demande ou non, je vous supplie lui faire passer cette réponse par K. H. car il s’y attend; je sais ce qu’il veut. Demain vous aurez une grande lettre ! Grandes nouvelles ! » (Oc. cit., p. 292). Le français curieusement approximatif de Mme Blavatsky renforce l’ambiguïté de la formulation ; la quatrième phrase doit s’écrire en meilleur français : « […] et qu’il le demande ou non» , plutôt que « et s’il demande ou non.. », dont le sens est moins clair et inusité. Le fait que le visiteur s’attende à recevoir une réponse de « K. H », que Mme Blavatsky commande de lui remettre, n’implique pas que la réponse qu’il trouvera là ait été forgée à son intention, en fonction « de ce qu’il veut ». La lecture tendancieuse est certes possible mais une lecture banale de l’indication de lui remettre une lettre authentique qu’il attend « normalement » est tout aussi probable.

D’autres pièces, envoyées ultérieurement à Londres et utilisées dans le débat, ont été réexpédiées, si l’on en croit la description d’Hodgson lui-même, dans des conditions d’ambiguïté identiques. Celles-ci permettent toutes les manipulations du contenu de l’enveloppe. Le Dr Harrison de noter : « Un tel laxisme de la part d’un expert professionnel est difficile à admettre.. » (op. cit. p. 292).

Le Dr Harrison conclut par ce soupçon légitime : « Nous sommes donc fondés à nous demander si Netherclift a jamais examiné un seul des passages incriminants qui peuvent avoir été interpolés dans des lettres par ailleurs authentiques. Nous devons aussi nous demander pourquoi sa procédure fut aussi laxiste et irrégulière » (Op. cit. p. 292).

Le constat du Dr Harrison suffit à ruiner de fond en comble la crédibilité des conclusions que l’on a prétendu tirer du Rapport Hodgson.

En vérité, la procédure, les compétences et les conclusions de l’enquête relative aux lettres Coulomb-Blavatsky, effectuée par l’émissaire de la Société de Recherche Psychique de Londres en 1884-1885, relèvent ensemble de la plus haute fantaisie. Elles sont un festival d’aberrations et d’illogismes.

 

2° – Conclusions du Rapport Harrison

Le Dr V. Harrisson était membre de la Société de Recherche Psychique de Londres depuis plus de dix ans lorsqu’il décida d’entreprendre sa propre enquête.

Le numéro 803 (vol. 53) du mois d’avril 1986 de la Société de Recherche Psychique de Londres , confirme d’ailleurs les compétences de ce nouvel l’enquêteur en ces termes : « Le Dr Vernon Harrison, ancien président de la Société Royale de Photographie, a été pendant dix ans directeur de recherche chez Thomas De La Rue, imprimeur de billets de banque, passeports et timbres, etc., aussi n’y a-t-il probablement pas grand chose qu’il ignore au sujet de la falsification. »

Mais quelle méthode employa Hodgson pour examiner « les preuves » accumulées par les époux Coulomb et les missionnaires de Madras contre Mme Blavatsky ?

En toute impartialité, le Dr Harrison ne considère pas que la première approche effectuée par son prédécesseur Hodgson sur les « phénomènes » produits par H.P.B. avant le « scandale Coulomb » soit attaquable ; ce premier aperçu précisait « […] à la fin, le comité ne savait pas quoi penser. Les phénomènes décrits semblaient être si remarquables et hors de toute expérience ordinaire qu’ils ne pouvaient être reçus qu’avec les plus grandes réserves; d’un autre côté, le nombre des témoins et la force de leur témoignage étaient tels que les faits ne pouvaient pas être écartés à la légère.» (Op. cit, p. 288).

Ce qui se révèle pernicieux, c’est toute une machination élaborée pour délibérément détruire une personne : H.P.Blavatsky.

La critique que donne le Dr Harrison dans son article de la méthode d’investigation d’Hodgson est si accablante que son article, à l’instar de celui d’Emile Zola, commence par « J’accuse !». (voir le rapport en anglais sur le site de la Theosophical University Press)

Il présente alors le travail de son prédécesseur : Je montrerai qu’au contraire, le Rapport Hodgson est un document hautement partisan, auquel ne peut être reconnu aucun droit à se réclamer de l’impartialité scientifique….» (Op. cit., p. 287).

Au regard de l’analyse graphologique que V. Harrison a entreprise et de l’enquête que celui-ci a effectuée sur le déroulement de la précédente investigation, celle d’Hodgson, un nouveau Rapport a été remis à la Société de Recherche Psychique de Londres.

Cette dernière a tenu à rendre enfin compte, dans le numéro 803 (vol. 53) du mois d’avril 1986, de la réhabilitation de Madame Blavatsky en des termes éloquents qui valent d’être cités : « Dans cette édition de notre journal, venant à sortir presque exactement cent ans après la publication du Rapport Hodgson, nous sommes heureux, dans l’intérêt de la vérité et du fair play, et pour faire amende honorable de quelque offense dont nous ayons pu être cause, de publier ici pareille analyse d’un expert en écriture [celle du Dr V. Harrison]. Son expertise est d’une pertinence toute particulière en cette occurrence, puisque le Rapport Hodgson concerne l’origine de certaines lettres qu’Hodgson déclare avoir été fabriquées par Mme Blavatsky elle-même. »

Pour arriver à cette fin, le Dr V. Harrison a donc procédé à une enquête sur l’ensemble de « la procédure Hodgson ».

Le Dr Harrison fait aussi état du procédé désatreux par lequel « Lettres des Mahatmas » ont été examinées par la Société de Recherche Psychique de Londres.

Séparateur


Coues

Elliot Coues

[1] Dr Elliot Coues (1842-1899) commença sa carrière comme chirurgien dans l’armée de Terre des États-Unis, engagé du côté de l’Union pendant la Guerre civile. Très intéressé par l’ornithologie dès l’enfance, il publia après la Guerre plusieurs monographies importantes sur le sujet. Durant les années 1880, il se passionna pour la recherche psychique. Membre du Smithsonian Institute, il se demandait si les grands principes de l’évolution, décrits par la science de son époque, ne pourraient pas être également applicables à la recherche psychique, complétant ainsi la théorie de l’évolution au point où Darwin l’avait laissé. Il se proposait de les employer pour expliquer les phénomènes d’hypnotisme, de clairvoyance, de télépathie, etc.

Pendant une visite en Europe en 1884 il rencontra Madame Blavatsky et devint un ardent théosophe. Il fonda la Branche Gnostique de la Société Théosophique à Washington, le district fédéral de Columbia et fût élu président du Conseil américain de Contrôle de la Société Théosophique. Il contribua également à la formation de la Société américaine pour la Recherche Psychique. Puis il chercha, vainement, à devenir le chef du mouvement américain théosophique.

Il rompît avec le mouvement à la fin des années 1880, dénonçant les Mahatmas, la Société Théosophique et Madame Blavatsky à travers un article diffamatoire dans le journal le « Sun » du 20 juillet 1889, ce qui lui valut un procès qu’interrompit la disparition de cette dernière en 1891.

Le 26 septembre 1892, le « Sun » publia une esquisse biographique de la vie d’H.P.B par W.Q. Juge. Dans un éditorial l’accompagnant, les commentaires significatifs suivants ont été faits : « […] Nous avons été induits en erreur lors de l’admission dans les colonnes du Sun d’un article du docteur E.F. Coues de Washington, dans lequel des allégations qui semblent être sans solide fondement ont été faites contre la personne de Madame Blavatsky ainsi que contre ses disciples. L’article de M. Judge reprend toutes les questions touchant à Madame Blavatsky tel quelles furent présenté par le docteur Coues et nous souhaitons dire que les allégations sans preuve de ce dernier, concernant la Société Théosophique et M. Judge, n’auraient pas dût être imprimées ».

Les Lettres des Mahatmas

une énigme dormant au British Museum

 

Le second problème — et non le moins important — que la Société de Recherche Psychique de Londres s’était arrogé le droit de soumettre à sa « haute autorité », en 1885, était la remise en question de l’identité des auteurs des « Lettres des Mahatmas ».

Une contre-expertise fut demandée, dès 1886, par un expert allemand, un an après celle que fit Hodgson.

 

  1. – Une contre-expertise à celle qui a été rapportée
    par Hodgson

Avant d’exposer les conclusions à ce sujet du Dr Harrison, l’attention doit être portée sur une pièce, présente au dossier dès 1886, dont se sont bien gardés de faire mention les détracteurs de Mme Blavatsky : le rapport d’un autre Expert que Netherclift, faisant état d’un avis contraire à celui de ses confrères en affirmant que l’écriture de Mme Blavatsky n’avait rien de commun avec celle des Mahatmas.

Cette contre-expertise graphologique fut demandée, au début de l’année 1886, au plus renommé des Experts en écriture allemands, Ernst Schutze, par M. Gustav Gebhard. Ce dernier avait reçu la fameuse lettre du « Mahatma K. H. » (Kout Houmi), tombée derrière un tableau à son domicile d’Elberfeld (Allemagne). Gustav Gebhard soumet donc à l’expert cette lettre de « K. H.» (marquée « B ») conjointement à une lettre de la main de Mme Blavatsky (marquée « A »).

À sa question sur la possibilité d’imputation des deux écrits à la même personne, il reçoit la réponse qui suit :

« Berlin, le 7 février 1886.

« Au Conseiller de commerce Gebhard, Eberfeld.

« Vous voudrez bien m’excuser de vous envoyer aujourd’hui seulement le témoignage demandé, car j’ai été très absorbé par d’autres affaires. Je l’ai fait aussi complet que possible; mais je dois vous assurer positivement que si vous avez cru que ces deux lettres venaient de la même main, vous avez commis une erreur complète. Je suis, etc… »

« (Signé) : Ernst Schutze

« Calligraphe de la Cour de Sa Majesté l’Empereur d’Allemagne,
11, Kochstrasse »

 

(Le contenu du rapport de l’expert est publié dans « The Letters of H.P. Blavatsky to A.P. Sinnett » – Theosophical University Press, 1973, p.349).

Même René Guénon, grand détracteur de Madame Blavatsly devant l’Eternel, déclara dans la seconde édition de son livre, « Le Théosophisme — histoire d’une pseudo-religion » : « Il paraît qu’un Expert en écritures fut d’un avis contraire à celui de ses confrères et affirma que l’écriture de Mme Blavatsky n’avait rien de commun avec celle des « Maîtres ». (Guénon R.- « Le Théosophisme – histoire d’une pseudo-religion » – p. 319).

La contre-expertise dont il s’agit est, en effet, reproduite in extenso en appendice du livre de A. P. Sinnett « La Vie extraordinaire de Madame Blavatsky », lequel constitue la source principale et éminemment accessible concernant les épisodes de la vie de Mme Blavatsky, car Sinnet a été un témoin occulaire important de cette » vie » si « extraordinaire »… Que René Guénon citât ce document tout en continuant de mépriser le contenu du livre — un authentique témoignage — qui porte en appendice ledit document, prouvait combien sa démarche ne se fondait par sur une recherche rationnelle des faits concernant H.P.B. mais sur un parti pris passionnel sur lequel lui seul eût pu s’expliquer…

A.P. Sinnett fit état d’un second échange de correspondance dans lequel G. Gebhard soumit à l’Expert un troisième échantillon de l’écriture du même Mahatma (marquée « C »).

La réponse de l’Expert est la suivante :

« Berlin, 16 février 1886.

« Au Conseiller commercial Gebhard, Elberfeld.

« J’ai l’honneur de vous envoyer le témoignage demandé sur la deuxième lettre. Cette lettre a été écrite par la même main que la lettre B ; et il n’y a pas la plus lointaine ressemblance entre A et C. La lettre A, qui est écrite à l’encre, n’a pas la moindre ressemblance avec la lettre B, au point de vue de la calligraphie et les écritures sont différentes. Je rends témoignage d’expert, sur le serment que j’ai prêté une fois pour toute, comme expert en écritures.»

« En vous donnant cette assurance, je demeure,… etc.. »

« (Signé) : Ernst Schutze

« Calligraphe de la Cour de Sa Majesté l’Empereur d’Allemagne,
11, Kochstrasse » (Op. cit. p. p. 247-248)

« A » est l’écriture du Mahatma Kout Houmi et « C » est celle d’H.P.B.

 

  1. – Analyse graphologique des Lettres des Matamas   effectuées par Hodgson et revue par le Dr Harrison

Avant de poursuivre notre exposé, il nous faut savoir préciser trois points importants relatifs aux Lettres envoyées par les Adeptes : la distance séparant l’auteur des lettres du destinataire ; la manière étrange dont ces lettres parvenaient au destinataire ; enfin, la façon, non moins étrange dont elles étaient rédigées.

  1. Une grande distance séparait le ou les auteurs des lettres et les destinataires respectifs : de fait, les missives envoyées par les Adeptes Morya, Kout Houmi, Hilarion et Sérapis, à différents destinataires qui ne résidaient pas en Inde (comme A.P. Sinnet, lorsqu’il reçut la majorité de ses lettres, ou A.O. Hume) mais en Amérique (le Colonel Olcott avant 1878) et la famille Gébhard (à Eberfeld en Allemagne) ; certaines furent même reçues alors que le destinataire se trouvait en pleine mer, sur un paquebot…
  2. Ces lettres parvenaient à leur destinataire d’une manière étrange qui relève encore du pur « mystère » pour la Science Occidentale. En effet, ces lettres étaient « trouvées » par le destinataire en un endroit quelconque de son appartement alors que leur auteur résidait au-delà de la chaîne himalayenne.
  3. Ces lettres étaient soient concrètement et matériellement écrites de la main-même de l’Adepte, soit « précipitées » (suivant un procédé lié à la visualisation et à la projection de l’image sur le papier), soit dictée à un Disciple, résidant loin du Maître mais ayant la faculté de capter la présence psychique de ce dernier (projection astrale) ou l’ordre mental.

En conséquent, l’analyse de « l’authenticité » de ces lettres doit tenir compte de ces facteurs. Notons aussi, que c’est seulement lorsqu’il s’agit de « dictée » (donc de « copie » de la main d’un Disciple) que l’allégation de « fraude » peut se comprendre eu égard à l’ignorance d’un Occidental des facultés occultes humaines et de l’ABC des Sciences Occultes.

A. P. Sinnet, un des destinataires de ces lettres, déclara d’ailleurs à propos des échantillons pris par Hodgson parmi toutes les lettres qu’il avaient reçues : « Le n° 1 est le premier feuillet de la première lettre que j’ai jamais reçue de lui, certainement à travers une autre main… Le n° 5 provient d’une lettre qui est très certainement de la propre écriture de K. H.» (Loc. cit., p. 296 – c’est nous qui soulignons).

De plus, le Mahatma Kout Houmi, n’a jamais dissimulé qu’il écrivait très rarement lui-même ses lettres avant que celles-ci soient « précipitées » par des moyens « occultes » (écrite par projection mentale). L’écriture personnelle du disciple employé comme « secrétaire », fut-ce par des moyens psychiques, pouvait apparaître d’autant plus aisément que les disciples indigènes avaient, pour certains, appris la langue anglaise ainsi que l’écriture de cet idiome auprès du Maître ; ce fut même en partie le cas d’H.P.B. Pourquoi alors confondre délibérément l’auteur d’une lettre et son copieur et nier, de ce fait, l’existence même de cet auteur sous pretexte qu’il a existé un « copieur »… Evidemment, tout cette argumentation ne vaut que pour les lettres « dictées ».

Le péremptoire avec lequel le Comité de la Société de Recherche Psychique de Londres rendit son verdict sur la fabrication des « Lettres des Mahatmas », par la main de Mme Blavatsky et de Damodar (vivant à des milliers de kilomètres d’Elberfeld), rencontre une contradiction de poids.

Les lettres en question dans l’expertise engagée par Hodgson sont un échantillon limité d’une masse considérable de documents dont la plus grande partie est constituée par les « Lettres de Kout Houmi », ainsi que les nomme son Rapport, lesquelles furent reçues par A. P. Sinnett entre 1880 et 1882, aux Indes.

Les mêmes experts qui étaient intervenus sur le dossier des « lettres Blavatsky-Coulomb » rendent un verdict aussi catégorique que dans ce premier cas : leur attribution à la main de Mme Blavatsky et à celle d’un « complice» , en la personne du disciple Hindou Damodar K. Mavalankar ne fait, de leur part, aucun doute.

Netherclift et Sims, derrière lui, les deux Experts choisis par Hodgson, démentirent d’abord catégoriquement l’attribution à Damodar d’une « lettre de Kout Houmi » qu’on leur montra, et cela à « la grande surprise » d’Hodgson. Netherclift signait encore son second rapport en ces termes : « Il est tout à fait impossible que Damodar ait pu accommoder son style habituel pour imiter celui de K. H » .

Le Dr Harrison précise à ce sujet :

« De l’aveu d’Hodgson, l’expert n’accepta de considérer les analyses qu’il [l’expert] voulait lui soumettre que, parce que celui-ci [Hodgson] pensait lui [à l’expert] prouver que « la conclusion à laquelle il [l’expert] était parvenu était erronée »

(Loc. cit, p. 295)

Hodgson parlait de « ses analyses ». C’était qu’en effet, au moment du retournement d’opinion de l’expert sous la pression d’ Hodgson, les documents originaux n’étaient plus à disposition pour une nouvelle étude; ils étaient repartis aux Indes. Netherclift en vint alors à la « conviction profonde » que les lettres en question « étaient écrites par Damodar en imitation étroite du style adopté par Mme Blavatsky dans les» papiers K. H. » » (Loc. cit., p. 295)

Nous allons voir de quelle nature sont les documents dont dispose alors Hodgson. Mais déjà, pour le Dr Harrison, qui se prononce lui aussi en tant qu’Expert, la situation est déontologiquement inadmissible ; il dit : « Je trouve les efforts d’Hodgson, intempestifs et couronnés de succès, pour influencer le jugement de l’expert, hautement inacceptables. Aucune cour anglaise n’accepterait un rapport dont on sait qu’il a été obtenu dans de telles conditions.» (op. cit.,p.295)

Hodgson prétendit établir un constat fondamental : l’écriture de Mme Blavatsky et celle de Damodar — qui présentaient, selon lui, une évolution très progressive, étalée sur quatre ans — étaient celles là-mêmes qui servirent à écrire les lettres attribuées au « pseudo Mahatma K. H ».

Pour ce faire, il fonda sa démonstration sur cinq « lettres de K. H. » (1 à 5) qu’il prétendit être représentatives de toute la série des lettres. Mais déjà à ce stade initial, les experts Gribble et Netherclift le contredisent.

Cette première énormité, en terme d’échantillonnage (il y a en tout près de 130 lettres, alors pourquoi n’en sélectionner que cinq ?), fut doublée d’un traitement des données du problème de façon très perverse.

En effet, Hodgson commença par prendre comme objet de démonstration un échantillon d’une première lettre, datée d’octobre 1880 (« K. H. N° 1 ») attribuée à la main de Damodar. Il choisit comme objet d’observation quatre caractères : f, g, k, et y, lesquels montraient, selon lui, une évolution aboutissant au modèle final de l’écriture de K. H. en 1884 (« K. H. N° 5 »).

Les figures 1a et 1b sont des reproductions photographiques du Rapport d’Hodgson et montrent le développement revendiqué pour le f et g. Hodgson donne une série semblable pour les lettres k et y, mais le développement est moins saisissant
Pour plus de détail, voir le site (en anglais) de la Theosophical University Press

Mais, nous l’avons souligné, dénoncer Damodar comme scripteur de ce document, revient à enfoncer une porte ouverte.

Il faut ensuite remarquer que parmi les 22 lettres de l’alphabet, Hodgson n’en choisit, pour son observation que 4 ! Ce furent aussi, nous allons le voir, sur des « copies de copies » que porta l’analyse et non sur des originaux !

Si Hodgson avait pu réellement démontrer la même identité de l’auteur pour l’ensemble des lettres écrites sur cinq ans en ne se basant que sur 4 lettres de l’alphabet, sa démonstration aurait été bien mince eu égard au fait qu’il restait encore 18 caractères non étudiés !

Mais même sa démonstration défaillit. Il fournit en effet la « reproduction » d’une seconde série de sept lettres (I à VII), allant de novembre 1880 jusqu’à 1884, et à propos desquelles V.Harrison observe : « Nous sommes ainsi fondés à nous attendre que cette série doive montrer un développement similaire de style. Or elle ne montre rien de semblable. K. H. (I) [novembre 1880] est pleinement « développée» … Huit f sont montrés, tous étant dotés d’une boucle à la partie supérieure d’une façon telle qu’elle s’accorde parfaitement avec la manière de K. H. (V) Figure 1a [1884] … La même remarque s’applique aux g.» (Op. cit., p. 297)

Lettre répertoriée K. H. (I)

L’écriture évolue donc dans le sens inverse de celui qui fonde son argumentation ! Toutefois, l’enquêteur du Comité de 1885 se garde bien de souligner ces contradictions, lesquelles abolissent pourtant sa « démonstration».

Le Dr Harrison précise : « Soit Hodgson ne remarqua pas que l’évidence de sa planche 2 contredit totalement son argument, soit il choisit de l’ignorer, se concentrant sur des exemples soigneusement choisis pour étayer son réquisitoire. Autant pour son impartialité….La plupart des lettres de K. H. sont conservées à la British Library, et je trouve, après examen de celles-ci, que l’écriture « complètement développée » de K. H., est conforme sous tous rapports aux premières lettres de K. H., lesquelles avaient été reçues aussi tôt que le 29 octobre 1880. D’autres lettres furent écrites dans des écritures très semblables à celle de K. H. mais néanmoins distinctes; celles-ci peuvent avoir été écrites par des scribes…Il n’y a aucune évidence du « développement » annoncé par Hodgson dans l’écriture de K. H.» (Op. cit., p. 297)

Cinq autres lettres tombèrent ensuite sous l’analyse d’Hodgson. Le « second constat » d’Hodgson ne résiste pas davantage examen que le premier à un examen scrupuleux.

Le Dr Harrison recourt à une analyse précise de la reproduction des planches fournies par Hodgson dans son Rapport ; dans ses développements techniques mais, au demeurant, très limpides de son article (op. cit., p. 297 à 308) il fait, quant à lui, plusieurs constats.

  • Il existe davantage de dissemblances que de ressemblances comme l’affirma Hodgson (un seul élément caractéristique est d’ailleurs invoqué par Hodgson : une simple boucle) dans les caractéristiques des lettres précitées. Le Dr Harrison s’étonne : « Il est assez peu surprenant de découvrir maintenant qu’il y a des différences systématiques dans les écrits de K. H. et l’écriture reconnue d’H.P.B., qu’Hodgson ne mentionne pas.»(Op. cit., p. 306)
  • La différence est persistante et significative » entre les deux écritures. Sa conclusion sur les planches du Rapport Hodgson mais aussi sur les lettres qu’il a examinée au BritishMuseum est catégorique : « Chaque fois qu’elle faisait un f, un g, un h, un p, un n ou un m, elle avait à effectuer les tracés justes en même temps qu’elle devait maintenir la fluidité et devait éviter tout retour à son style normal. Les documents K. H. que j’ai examinés à la British Library sont fluides dans leur exécution et ne montrent aucun signe d’hésitation. Je ne puis trouver aucune évidence qu’H.P.B. les ait écrits et j’en trouve de significatives du contraire ». (Op. cit., p. p. 307-308)
  • Ce ne furent pas des originaux qui furent été étudiés par Hodgson et ses experts mais des copie de la main-même d’Hodgson qui avoua « elles sont copiées de ma propre main à partir des documents originaux et, par conséquent, beaucoup d’entre elles montrent une apparence de tremblement qui n’est pas caractéristique du manuscrit original, laquelle eût été évitée si le travail avait été fait entièrement par l’artiste lithographe.» (Rapport Hodgson, p. 294). Voilà donc le matériel utilisé pour les démonstrations d’Hodgson ! Non pas les originaux mais des copies « tremblantes » d’Hodgson et celles de la main de l’artiste, d’après les originaux ! Le Dr Harrison, dont ces techniques sont la spécialité, apporte la précision suivante : « La référence à un « artiste lithographe » implique que les copies furent tracées, directement à la main, sur les planches, par un artiste qui observait le matériel à copier dans un miroir et qui utilisait un crayon chargé d’encre grasse…» (Op. cit., p. 293). V. Harrison s’étonne, de plus, de l’emploi de pareille méthode, alors qu’il existait, en 1884, d’excellentes photolithographies directes, employées depuis des décennies. Les conséquences de l’emploi de « copies » effectuées par l’enquêteur et non pas des originaux l’amènent le Dr Harrison à considérer comme nulle la valeur du document. Il en en fournit l’explication technique suivante : « … en examinant des lettres ou des signatures suspectes, on ne doit pas accorder beaucoup d’attention aux traits généraux de l’écriture, dans la mesure où l’on peut tenir pour acquis que ces caractères seront suffisamment bien respectés pour être trompeurs, à moins que la contrefaçon soit très grossière. Ce sont les petits maniérismes inconscients qui sont révélateurs. Précisément, parce qu’ils sont inconscients, ils tendent à persister pendant des années ou même une vie entière; et ils sont difficiles à éradiquer. La fluidité de l’écriture et la variation de pression qui apparaît, tandis que les lignes sont tracées, peuvent être d’une importance suprême. Dans les meilleures photocopies ou les épreuves photographiques, le détail le plus essentiel de l’original est perdu.» (Op. cit., p. 293).
  • Une énigme émerge quant à la manière dont ces lettres (pour la plupart) ont été écrite, énigme facilement obsevable puisque le Dr Harrison a eu en mains les originaux, déposés au British Museum (et non des copies. Notre expert de 1986 remarque que ces lettres que celles-ci « semblent avoir été écrites ». Il souhaiterait avoir confirmation, par des analyses adéquates, que ces documents fussent bien rédigés dans les encres de l’époque. Ceux-ci présentent, en effet, le caractère singulier de ne pas présenter les traits d’un écriture tracée avec des instruments ordinaires. Les lettres écrites en bleu présentent un graphisme dont V. Harrison n’a pu reproduire le type en usant des procédés mécaniques indiqués par Mme Coulomb. Celles qui sont écrites en noir sont, selon lui, « également fascinantes ». L’expert note un fait hautement significatif, qu’il n’a garde toutefois d’interpréter :« Les marques noires semblent être à l’intérieur du papier plutôt qu’à la surface » : une imprégnation du papier plus qu’un tracé à la surface de ce dernier…. L’article du Dr Harrison comporte d’autres observations concernant les matériaux énigmatiques utilisés et remarque qu’à défaut d’analyses physico-chimiques plus précises, il est difficile d’affirmer quoique ce soit de plus pour le moment.

Le docteur Harrison fit deux expériences de comparaison d’écritures selon les critères et méthodes retenues par Hodgson, démontrant ainsi avec certitude la futilité d’essayer de tirer des conclusions valables et définitives de l’examen de lettres arrachées à leur contexte.

La première expérience montre que, telle Madame Blavatsky, Mark Twain emploie — sans faire de distinction — ce qu’Hodgson appelle les « types » de « d » allemand et anglais. Certes, l’écriture de Mark Twain n’est pas la même qu’HPB, mais elle contient tant de particularismes du style « Blavatskien » que, employant les méthodes d’Hodgson, il pourrait s’avérer qu’HPB ait écrit « Les Aventures de Tom Sawyer »

La seconde expérience porte sur des lettres écrites, non pas par Madame Blavatsky, mais par le Président Eisenhower. La ressemblance de son écriture et de celle d’HPB est vraiment extraordinaire. Grâce à la courtoisie de l’Ambassadeur John S. D. Eisenhower, le docteur Harrison fut en mesure d’examiner une des lettres personnelles de l’ancien président, écrite à la fin de Deuxième Guerre mondiale. En employant les méthodes d’Hodgson, on pourrait prouver « sans aucun doute » que la « Doctrine Secrète » fut écrite par Dwight David Eisenhower.

Le Dr Harrison conclut finalement ainsi : « J’ignore qui a écrit les lettres de Mahatmas, mais je ne trouve pas vraisemblable d’affirmer que Madame Blavatsky les ait écrites — la plupart d’entre elles en tout cas. Ceci est mon opinion professionnelle.» (Op. cit., p. p. 307-308)

Nous recommandons aux lecteurs intéressés par ces lettres d’aller au British Museum et d’en faire eux-même l’observation.

Séparateur

Splendeur et misère d’une accusation :

Helena Petrovna Blavatsky aujourd’hui

 

Helena à Londres

Rappelons la phrase assassine du Rapport Hodgson qui devint le fondement de toute opinion ultérieure sur l’Initiée russe « Pour notre part nous ne la regardons pas davantage comme le porte-parole de prophètes cachés que comme une simple et vulgaire aventurière ; nous pensons qu’elle a conquis le droit à une perpétuelle mémoire en tant que l’un des plus accomplis, des plus ingénieux, et des plus intéressants imposteurs de l’histoire.»

Cette phrase faillit tuer H.P. Blavatsky. En réalité, elle, qui fut accusée d’être un imposteur, ne se remit pas jusqu’à sa mort de cette véritable imposture.

Le Dr V. Harrison rappelle, d’ailleurs, que la sentence accablante du Rapport de 1885 a, depuis sa publication, donc depuis un siècle « a été citée livre après livre, encyclopédie après encyclopédie, sans que soit aucunement suggéré qu’elle puisse être fausse »….

Pendant un siècle le débat restera ouvert. D’une part les tenants de ce Rapport qui confortait ceux et celles qui se dressaient contre elle pour d’autres motifs ; en fait, il arrangeait bien des consciences. D’autre part, ceux qui savaient très bien que « les phénomènes » n’étaient pas « truqués » pour en avoir été témoins eux-mêmes et, pour certains, pour avoir reçu une ou plusieurs de ces fameuses « Lettres » envoyées par un Mahatma, très loin de la présence de Madame Blavatsky.

Toutefois, la dénonciation — officiellement acceptée par la S.P.R. — par V. Harrison du Rapport Hodgson ne fut pas un événement !… Elle eut moins de retentissement que n’en eut la sentence finale du Rapport Hodgson de 1885 ! Faut-il comprendre, par ces réactions, que l’engouement de l’être humain va plus facilement vers les révélations de scandales et de bassesses que vers ce qui, au contraire, ne l’est pas ?

La façon dont les « preuves » de la culpabilité de Mme Blavatsky ont été prises en considération, depuis un siècle, est l’illustration même des difficultés rencontrées dans l’abord des sujets propres aux disciplines ésotériques. La procédure d’enquête employée est fautive sur tous les points. Elle est entachée de subjectivité au point d’ignorer systématiquement les éléments contraires aux a-priori avec lesquels les problèmes sont abordés.

Le poids de ces préjugés est tel qu’une accumulation d’erreurs grossières et d’affirmations péremptoires, peut, un siècle durant, être prise au sérieux par des compilateurs qui ne se donnent pas même la peine de vérifier la validité de leurs sources.

L’ignorance dans les domaines de la Philosophie Esotérique est aujourd’hui presque absolue, parce que les rares tentatives qui ont été faites pour la divulguer ont toutes été accueillies avec la même mauvaise foi. Quiconque en rend témoignage en terme positifs est déclaré menteur ou stupide.

Il suffit pour s’en rendre compte de regarder les articles d’encyclopédie consacrés à Paracelse (que l’on juge sans le lire et qu’on lit sans le comprendre), à Alexandre de Comte de Cagliostro (lequel ne fut jamais le Joseph Balsamo des Jésuites), au Comte de St Germain (dont peu s’avisent qu’on le confond avec un aventurier, un certain Gauber, qui s’amusa — à la demande du Ministre Choiseul — à singer ses faits et gestes dans les salons parisiens).

Madame Blavatsky ne pouvait faire exception. Un siècle plus tôt, elle eût terminé sa carrière dans les cachots de l’Inquisition, en compagnie de Cagliostro. Elle aura seulement enduré les calomnies de la Société Psychique de Londres, d’un Papus ou d’un Guénon. Mais lorsqu’elle s’éteignit à Londres, le 8 mai 1891, elle emporta en elle ce qui, selon Platon, constitue un préjudice plus grave que celui s’être condamné à mort pour ses idées : la calomnie publique.

Toutefois, ces salissures ne semblent se laver si facilement ! En effet, sans omettre les témoignages laudatifs, non seulement de ceux qui l’appochèrent mais ceux émis par des spécialites en matière de religions, d’orientalisme et de philosophie, les mise au point en 1986 du Dr V. Harrison et celle de Walter A. Carrithers (alias A. E. Waterman) ne parviennent pas encore à faire accepter par ceux qui se sont auto-définis comme l’ élite — la seule — pensante de l’Esotérisme, Madame Blavatsky et « sa » Doctrine Secrète.

Et de fait, celle-ci gêne par son contenu unique. Elle gêne ceux qui sont par trop pétris de judéo-christianisme — bien qu’ils s’en défendent — et qui préfèrent — pour certains — s’en tenir à des réunions « entre soi » et ne rechercher que la valorisation de leur égo plutôt que de s’ouvrir à tout autre discours susceptible de remettre en question et leurs croyances et leur légitimité à véhiculer la Tradition.