Leçon du septième et dernier jour…

L’Être et Sa Manifestation : l’Un et le multiple

·        L’Un extériorise tout de Lui-Même ;

(l’Unité devant être considérée comme un Centre se déployant lui-même, la feuille de papyrus devait disparaître car, si elle était un support de démonstration, elle n’a pu reproduire véritablement cette extériorisation. L’être humain, fonctionnant à la périphérie et tendant à retourner vers le Centre, ne peut reproduire le phénomène d’une explosion ordonnée, touchant simultanément le Tout alors que le Centre reste intact).

·        Tout ce que l’Un a généré retourne inévitablement à l’Un ;

(c’est pourquoi le Prêtre Égyptien pointait du doigt le Centre du Disque Solaire, montrant ainsi que seul ce Centre doit être recherché).

Ainsi s’achevait un premier Enseignement sur la Formation de l’Univers et la Loi des Nombres :

Si de l’Un naît le Multiple, le Multiple retourne à l’Un. Tout ce qui, né de Lui, vint à l’existence, trouve dans cet inéluctable Retour son Accomplissement[1]

 

Le Prêtre Égyptien terminait cette étude en regardant les élèves longuement et avec une ferme insistance. Tout un cours était concentré dans ce regard si loquace :

« Que tout soit clair dès à présent ; c’est du Divin Éternel Manifesté qu’il s’est agi ici et de rien d’autre car rien n’est hors de Lui et, en traitant des Nombres, on a traité du Tout, de vous et de moi, et donc uniquement de Lui »[2].

 

Séparateur


[1] En réalité, les Nombres (et donc notre existence et nous-mêmes) surgissent du Un qui est au Centre et se multiplient en éclatements successifs, la complexité des forces, issues de cette multiplication, générant la densité maximale à la périphérie (que nous avons atteinte…). Arrivées à cette extrémité, les forces alors tendent immédiatement à retourner vers le Centre, vers le Un, et transmutent progressivement leur nature en délaissant leur densité.
[2] Un hommage doit être rendu ici à la mémoire de Giordano BRUNO (1548-1600) qui scanda avec passion et intelligence, à la manière des Anciens, l’Un, toujours l’Un… Mage et Kabbaliste, son action fut capitale en faveur de la divulgation de l’Hermétisme : G. BRUNO est, avec J. DEE, à l’origine de ce qui deviendra « l’émergence de la Rose+Croix » en Europe quelques années après sa mort. Membre de la « Voarchadumia » (émanation secrète de la Loge Hongroise liée à la Loge Transhimalayenne), il était un véritable « Égyptien » ; son travail, arrêté par l’Église (G.Bruno mourut brûlé vif sur l’ordre de l’Inquisition…), fut repris par un autre « Égyptien », également victime de l’Église : CAGLIOSTRO. A bon droit la Prédiction d’Hermès Trismégiste s’applique à ces deux figures de l’Hermétisme : « quant à celui qui aura survécu [à la destruction de l’Égypte et au reniement des Dieux] ce n’est qu’à son langage qu’on le reconnaîtra pour Égyptien… ». Voir l’inégalable ouvrage de F. A. Yates : « G. Bruno et la Tradition Hermétique ». Éd. Dervy.

L’intégralité du texte contenu dans ces pages et intitulé « La Leçon de l’Égyptien » est extrait de l’ouvrage d’Alexandre Moryason « La Lumière sur le Royaume ou Pratique de la Magie Sacrée au quotidien », Chapitre II, pages 62 à 79. Cet extrait (texte et notes) est protégé par copyright — tout comme l’ensemble de ce site.