Leçon du premier jour…

L’Être et Sa Manifestation : l’Un et le multiple

 
·        L’Être en Qui tout est et vit est Un et la Création révèle Sa Manifestation ;

(c’est pourquoi avant de prendre la feuille de papyrus dans les mains, le Prêtre Égyptien montrait à l’assistance le Disque Solaire, représentant la Divinité par sa Création).
·        L’Un est « un » en lui-même ;

(la feuille est une en elle-même, c’est pourquoi le Prêtre la montrait en premier lieu ; elle constitue une Unité) ;

·        L’Un présente d’abord Deux Aspects de Lui-Même

(la feuille, l’Unité, puis une de ses faces qui, jointe à l’Unité, donne Deux ; aussi, le Prêtre montrait-il du doigt la feuille et une face) ;

·        L’Un présente aussi Trois Aspects de Lui-Même

(la feuille, l’Unité, la première face jointe à l’Unité donnant Deux, puis la deuxième face qui, jointe à la précédente et à l’Unité, donne Trois ; c’est pourquoi le Prêtre montrait successivement la feuille, puis une face, puis l’autre.)[1]

 

Là s’arrêtait la leçon du premier jour :

L’Être de Qui tout procède est Un et « Un » est ce qui Le définit Lui-Même.L’Un est donc Un mais Deux et Trois en Lui-Même et étant Tel, partout où ce Trois viendra à l’existence, la Pensée de l’Un, Idéation Première, aura force de Loi [2].

 


[1] Étant Deux et Trois, le Un porte en lui le premier Pair (2) et le premier Impair (3) ; ce faisant, il contient toutes les possibilités de son devenir : la succession des Nombres. Tous les Nombres, après le Trois, résultent de la combinaison du Pair et de l’Impair, lesquels ont leur source dans ces Pair et Impair-Racines : le Deux et le Trois : 4, par exemple, = 1 + 3 ou 2 + 2. Régissant la succession des Nombres, le Un s’adjoint toujours à ce qu’il a précédemment engendré, rappelant qu’Il est le Tout générant et contenant le Multiple.
[2] Ceci explique que le meilleur symbole attribué à la Divinité ait été et soit toujours un Triangle, la Loi du Triangle ou Loi du Ternaire gouvernant donc tout ce qui est. Ainsi, toute expansion de l’Idéation, ou Expression Divine dans l’Univers, résulte de la présence d’un Ternaire-gouverneur ; le Premier Ternaire, Kéther, Chokmah, Binah, est l’Expression Pure de la Pensée Divine, absolument inconcevable. Le Troisième Ternaire actif, par exemple, canalisant l’idéal de l’Amour, de la Paix, de la Beauté, de l’Harmonie, est formé par Tiphéreth, Netzach et Hod.

L’intégralité du texte contenu dans ces pages et intitulé « La Leçon de l’Égyptien » est extrait de l’ouvrage d’Alexandre Moryason « La Lumière sur le Royaume ou Pratique de la Magie Sacrée au quotidien », Chapitre II, pages 62 à 79. Cet extrait (texte et notes) est protégé par copyright — tout comme l’ensemble de ce site.